Passer au contenu principal

SyrieL'UE réclame un accès humanitaire à Idleb

Le chef de la diplomatie européenne a demandé ce jeudi la fin des bombardements par les forces syriennes dans la province d'Idleb.

Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell.
Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell.
archive, AFP

L'Union européenne a demandé jeudi la fin des bombardements menés par les forces syriennes dans la province d'Idleb, dans le nord-ouest de la Syrie, et l'ouverture d'un accès humanitaire pour les populations de la région.

«Les bombardements et autres attaques contre les civils dans le nord-ouest de la Syrie doivent cesser», a réclamé le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell, dans un communiqué.

«L'Union européenne demande instamment à toutes les parties au conflit de permettre un accès humanitaire sans entraves aux personnes ayant besoin d'une assistance», a ajouté Josep Borrell dans cette déclaration co-signée par le commissaire en charge de l'aide humanitaire Janez Lenarcic.

Les troupes du régime syrien ont pénétré mercredi dans la ville stratégique de Saraqeb en dépit de l'ultimatum du président turc Recep Tayyip Erdogan pour qu'elles reculent.

Massacre de civils

Des combats meurtriers inédits ont opposé l'armée turque et les forces syriennes dans le nord-ouest de la Syrie et provoqué des frictions entre Ankara et Moscou, parrain de Damas.

«L'intensification des opérations militaires a entraîné le massacre aveugle de centaines de civils. Les attaques continuent d'inclure des cibles civiles dans des zones très peuplées, des installations médicales et des camps de personnes déplacées à l'intérieur du pays», déplorent les deux responsables européens.

«Les souffrances humaines extraordinaires endurées par la population civile dans le nord-ouest de la Syrie sont inacceptables», insistent-ils.«L'Union européenne rappelle qu'il n'y a pas de solution militaire au conflit syrien. La seule voie vers la stabilité est une solution politique crédible et sans exclusive, facilitée par les Nations unies», rappellent-ils.

Quelque trois millions de personnes, dont la moitié déplacées d'autres régions reconquises par Damas, vivent dans la région d'Idleb.

Quelque 500'000 ont été contraintes de quitter leurs maisons en raison des combats au cours des derniers mois, selon le communiqué de Josep Borrell.

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.