L'UE affiche son impuissance après l'assaut turc

SyrieLes dirigeants de l'UE ont exhorté Ankara à mettre fin à son offensive dans le nord de la Syrie mais le gouvernement turc brandit la menace migratoire si l'UE hausse le ton.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'offensive militaire turque contre les combattants kurdes en Syrie a suscité l'inquiétude et la colère au sein de l'Union européenne. Mais aucun accord ne se dessine pour des sanctions, ont reconnu vendredi les représentants des Etats membres.

Ce sera le principal sujet des discussions des ministres des Affaires étrangères lundi à Luxembourg. «Laissez-nous un peu de temps. Nous verrons si l'intervention militaire de la Turquie se poursuit et prend de l'ampleur», a confié un diplomate interrogé sur l'incapacité des Européens à s'entendre pour sanctionner Ankara.

Les dirigeants de l'UE ont exhorté Ankara à mettre fin à son offensive dans le nord de la Syrie. Ils ont mis en garde contre des conséquences humanitaires désastreuses et une résurgence de l'Etat islamique.

La Turquie recourt au «chantage»...

La milice kurde des YPG, cible de l'offensive turque, a soutenu les Occidentaux dans la lutte contre le groupe Etat islamique. La France a demandé une réunion de la coalition internationale contre l'EI dont font partie la Turquie et les Etats-Unis.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan, dont le pays est membre de l'Otan, a répondu en menaçant de permettre à des millions de réfugiés syriens de gagner l'Europe si l'UE continue de critiquer une offensive considérée comme nécessaire pour la sécurité de la Turquie.

L'Union européenne peut difficilement aller au-delà des appels à la retenue et de la condamnation car elle manque d'options. Toute sanction doit être décidée à l'unanimité. Or, l'UE est divisée.

«C'est sur la table», a toutefois déclaré la secrétaire d'Etat française aux Affaires européennes Amélie de Montchalin. «Ce sera débattu au Conseil européen» organisé les 17 et 18 octobre à Bruxelles, a-t-elle assuré sur la radio France inter.

... Ce qui énerve l'UE

«La Turquie doit comprendre que notre principale préoccupation est que leurs actions puissent conduire à une autre catastrophe humanitaire, ce qui serait inacceptable», a averti le président du Conseil de l'UE, Donald Tusk, lors d'une visite à Chypre.

«Nous n'accepterons jamais que les réfugiés soient utilisés comme arme pour nous faire chanter. C'est pour cela que je considère les menaces d'hier du président Erdogan comme absolument hors de propos», a-t-il ajouté.

Les menaces du président turc ont suscité la colère à Bruxelles, compte tenu de l'aide que l'UE a apportée à la Turquie pour faire face à l'afflux de réfugiés.

Utiliser les réfugiés «comme levier est totalement inacceptable», a déclaré un haut fonctionnaire de l'UE. «Nous avons toujours reconnu le fardeau que porte la Turquie avec quatre millions de réfugiés, dont 3,6 millions de Syriens», a-t-il souligné.

Un accord a été conclu entre l'UE et la Turquie en 2016. Il prévoit une aide de 6 milliards d'euros pour les réfugiés syriens en Turquie. «Nous avons alloué 97 pour cent de ces fonds», a-t-il précisé.

Changement «inacceptable»

L'UE a intensifié ses contacts avec la Turquie pour exprimer ses préoccupations, et réitéré sa décision de ne pas accorder un seul financement pour l'installation de réfugiés syriens dans la zone conquise par les forces turques.

L'UE a mis en garde Ankara contre toute intention d'envoyer des réfugiés non kurdes dans cette zone ce qui aurait pour effet de modifier la composition de la population locale. «Nous avons été très clairs sur le fait que toute tentative de changement démographique est totalement inacceptable», a déclaré le responsable. (ats/nxp)

Créé: 12.10.2019, 09h05

Articles en relation

Erdogan: «Nous ne stopperons pas cette opération»

Offensive en Syrie Le président turc a affirmé ce vendredi soir que la Turquie était déterminée à poursuivre son assaut dans le nord de la Syrie. Plus...

Les Kurdes de Suisse veulent punir Ankara

Genève Plus de 200 Kurdes se sont réunis sur la Place des Nations à Genève vendredi. Ils demandent à Ignazio Cassis de sanctionner Ankara pour son offensive en Syrie. Plus...

Washington veut que l'opération turque cesse

Turquie Le chef du Pentagone est préoccupé par les conséquences de l'opération turque en Syrie. Plus...

Un premier soldat turc tué dans l'offensive en Syrie

Syrie A peine commencée, l'offensive turque déplore la perte d'un militaire. Plus...

En Syrie, les civils fuient l'avancée des Turcs

Moyen-Orient Des milliers de civils sont obligés de fuir face à l'avancée des soldats turcs contre les Kurdes dans le nord de la Syrie. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les PV diminuent depuis que les policiers doivent y écrire leur nom
Plus...