Tunisie: Kais Saied, l'invité surprise

Élection présidentielleL'universitaire de 61 ans, candidat «antisystème» très conservateur, affirme être au second tour de la présidentielle tunisienne.

Kais Saied le 10 septembre 2019.

Kais Saied le 10 septembre 2019. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Surnommé «Robocop» en raison de son débit saccadé, Kais Saied, un constitutionnaliste qui a fait campagne uniquement au porte-à-porte, s'est fait connaître en décryptant depuis 2011 les premiers soubresauts de la démocratie tunisienne sur les plateaux télévisés.

Visage de cire, posture rigide, cet universitaire de 61 ans toujours impeccablement sanglé dans son costume est un indépendant sans parti politique, au credo «antisystème» et très conservateur.

Pontifiant sur les manquements à la Constitution, dans un arabe châtié, parfois ampoulé, il a souvent éclairé les débats et rebondissements parlementaires de la Tunisie post-révolutionnaire, lorsqu'il était invité par les principales chaînes de télévision du pays.

Ce néophyte en politique, commentateur des chamailleries partisanes, est apparu dans les sondages au printemps, et son ascension est été perçue comme l'expression du ras-le-bol vis-à-vis de la classe politique traditionnelle.

Critique des élites

Son principal axe de campagne a d'ailleurs été de critiquer les élites au pouvoir, renvoyant dos à dos tous les partis, et refusant tout programme vendant de «l'illusion».

Kais Saied propose un changement de système passant par un changement d'institutions: réforme de la Constitution et des modes de scrutins, décentralisation «afin que la volonté du peuple parvienne jusqu'au pouvoir central et mette fin à la corruption», a-t-il indiqué durant sa campagne.

«Le rôle traditionnel et habituel du pouvoir central est fini, selon lui. Le peuple crée la richesse et doit en bénéficier. Puisque le slogan (ndlr: de la révolution de 2011) est «le peuple veut», le peuple doit pouvoir mettre en œuvre ce qu'il veut», martèle-t-il.

Campagne low cost

Nombre d'analystes s'attendaient à le voir marginalisé en raison des faibles moyens mobilisés autour de sa candidature. Sa campagne, low cost, n'a donné lieu à aucun meeting - en revanche il a sillonné une centaine de villes, serrant les mains sur les marchés ou dans les cafés, avec une placidité à toute épreuve.

«Je suis un candidat indépendant, je ne représente aucun des partis», a-t-il fait valoir sur la radio Shems FM. «Je fais ma campagne par mes propres moyens, et je refuse toute aide, même un millième.»

Régulièrement entouré de jeunes, étudiants ou jeunes actifs, il défend des positions socialement conservatrices sur un ton professoral en maniant un arabe littéraire châtié.

Selon le comparatif de l'Observatoire pour la défense du droit à la différence, qui a classé les candidats selon leurs positions sur les libertés individuelles, Kais Saied est l'un des plus conservateurs: il est contre l'abolition de la peine de mort, contre l'abrogation des textes punissant l'homosexualité et les atteintes à la pudeur - ce dernier texte ayant servi à condamner des couples non mariés s'embrassant dans la rue.

Contre l'égalité sur l'héritage

Il s'est également prononcé clairement contre l'égalité en matière d'héritage, une question délicate car elle touche à un principe dicté par le Coran, selon lequel une femme hérite le plus souvent moitié moins qu'un homme du même degré de parenté.

Lors d'un débat jeudi soir sur la chaîne Hiwar Ettounsi, le candidat a été confronté à une photo de lui en train de boire un café avec un ex-cadre du mouvement salafiste interdit Hizb-ut-Tahrir, Ridha Belhaj. Il a indiqué qu'en tant que candidat, il avait le droit de rencontrer tout le monde.

«Est-ce que je dois demander l'autorisation pour rencontrer quelqu'un? Après tout, je n'ai pas rencontré un hors-la-loi,» a-t-il répondu sur les ondes de la radio Shems FM. Chargé de cours à la retraite, Kais Saied est père de trois enfants. (ats/nxp)

Créé: 16.09.2019, 03h21

Articles en relation

Deux candidats disent être au 2e tour en Tunisie

Élection présidentielle L'homme d'affaires emprisonné Nabil Karoui et l'universitaire indépendant Kais Saied ont affirmé dimanche soir être qualifiés pour le second tour de la présidentielle tunisienne. Plus...

Nabil Karoui, l'ascension d'une figure des médias

Tunisie Nabil Karoui, fondateur controversé d'une chaîne de télé tunisienne, s'est déclaré qualifié pour le deuxième tour de la présidentielle. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Après l'accord avec l'UE, Johnson doit convaincre le Parlement
Plus...