Le tueur de Charleston fait appel de sa condamnation

Etats-UnisL'auteur de la tuerie raciste de Charleston qui avait fait neuf morts en 2015 a fait appel de sa condamnation à la peine de mort. Ses avocats reprochent au tribunal d'avoir écarté les témoignages des experts-psychiatres.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'Américain Dylann Roof, auteur d'une tuerie raciste qui avait choqué le monde, a fait appel de sa condamnation à la peine de mort pour le meurtre de neuf paroissiens noirs dans une église de Caroline du Sud en 2015, ses avocats estimant qu'il était pénalement irresponsable lors de son procès.

Ce partisan de la suprématie blanche, âgé de 22 ans à l'époque des faits, avait été autorisé à se défendre lui-même lors de son procès alors qu'il souffrait selon les experts-psychiatres «de troubles schizophréniques, d'autisme, d'angoisses et de dépression», ont affirmé ses avocats dans leur demande d'appel soumise mardi.

Le jeune homme a récusé son avocat car il ne voulait pas que ses troubles psychologiques soient révélés, et il n'a pas présenté d'arguments pour sa défense car «il pensait qu'il serait libéré de prison par des nationalistes blancs à l'issue de la guerre raciale» qu'il espérait déclencher par son acte, ont-il expliqué en se basant sur les conclusions de plusieurs experts cités lors de l'instruction.

«Il n'y a rien qui cloche chez moi sur le plan psychologique», avait lancé Dylann Roof à la cour, désavouant son avocat David Bruck, qui le considérait comme «prisonnier de ses délires».

Les avocats du jeune homme reprochent au tribunal qui l'avait jugé d'avoir finalement écarté les témoignages des experts «afin de juger rapidement cette affaire», et aux procureurs d'avoir qualifié l'accusé de «tueur calculateur ne présentant aucun signe de troubles mentaux».

Condamné à la peine de mort en 2017

Ces décisions avaient selon eux empêché les jurés de parvenir à un verdict équitable et Dylann Roof avait été condamné à la peine de mort en janvier 2017. Le jury avait retenu comme circonstances aggravantes la préméditation de ses homicides et son absence de remords.

Le 17 juin 2015, après une préparation minutieuse, il avait prétendu participer à une séance de catéchisme dans une église de Charleston, avant d'ouvrir le feu 77 fois sur l'assemblée.

La fusillade avait marqué l'opinion publique car elle visait une église symbole de la lutte des Noirs contre l'esclavage.

L'Emanuel African Methodist Episcopal Church rassemble la plus ancienne communauté noire de Charleston, ville historique de l'époque des plantations, située dans le sud-est des Etats-Unis. (afp/nxp)

Créé: 29.01.2020, 22h16

Articles en relation

Le tueur de Charleston a été condamné à mort

Etats-Unis Dylann Roof avait abattu froidement neuf personnes dans une église, un acte empreint de racisme qu'il n'a pas cherché à atténuer. Plus...

L’heure du verdict pour le tueur de Charleston

La dernière phase du procès de Dylann Roof, qui a abattu neuf paroissiens noirs en 2015, s’est ouvert mercredi. Plus...

Peine de mort requise contre le tueur de Charleston

Etats-Unis Dylan Roof avait abattu 9 paroissiens d'une église noire de Caroline du Sud. Plus...

Fusillade de Charleston: l'accusé plaide non coupable

Justice Le jeune Américain blanc de 21 ans accusé d'avoir ouvert le feu dans une église de Charleston a décidé de plaider non coupable. Plus...

Le tueur de Charleston inculpé de crimes racistes

Etats-Unis L'auteur présumé du massacre de l'église de Charleston, qui a abattu neuf personnes noires fin juin, a été inculpé de crimes racistes par un grand jury fédéral. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le coronavirus est à Genève
Plus...