Passer au contenu principal

Tsipras veut augmenter le salaire minimum

La Grèce a subi la plus forte baisse - 23% - du salaire minimum pendant la crise de 2009 à 2016. Le premier ministre grec s'engage à inverser la tendance.

Le Premier ministre a assuré que «sa première priorité était de régulariser le marché de travail».
Le Premier ministre a assuré que «sa première priorité était de régulariser le marché de travail».
Keystone

Dix jours après la sortie de la Grèce de la tutelle de ses créanciers, le Premier ministre Alexis Tsipras s'est engagé vendredi à «régulariser le marché du travail» et à «augmenter le salaire minimum», raboté lors de la crise.

La Grèce a subi la plus forte baisse - 23% - du salaire minimum pendant la crise de 2009 à 2016. C'est plus que l'Irlande, le Portugal, Chypre ou l'Espagne qui avaient également suivi des programmes d'ajustement de leur économie.

«Après la fin (des programmes dictés par l'UE et le FMI), le cycle d'un ajustement budgétaire strict, de la tutelle des créanciers (UE et FMI) et des coupes budgétaires est terminé», a affirmé Alexis Tsipras lors du premier conseil des ministres convoqué trois jours après un léger remaniement de son gouvernement.

Répondre aux «espoirs des Grecs»

Répondant «aux espoirs des Grecs», lassés après huit ans de stricte austérité, le Premier ministre a assuré que «sa première priorité était de régulariser le marché de travail», «lutter contre le travail au noir», et «augmenter le salaire minimum». Selon lui, «il faut oeuvrer pour soutenir les politiques sociales, et rétablir des salaire dignes et des conditions de travail dignes».

Outre les coupes tous azimuts dans les salaires et retraites pendant la crise, le salaire minimum est tombé à 586 euros contre environ 760 avant la crise de la dette. L'Espagne avait augmenté le salaire minimum de 4% fin 2017.

Alexis Tsipras a toutefois indiqué que «les politiques de soutien social devaient être réalisées avec prudence afin que le pays puisse rembourser ses emprunts».

Poursuivre les réformes

La Grèce a bénéficié de près de 300 milliards d'euros de prêts surtout par ses partenaires européens pour parer à la crise qui avait menacé l'écroulement de l'euro en 2010.

Alexis Tsipras s'est également engagé à «continuer les réformes dans la fonction publique et l'économie», «créer un environnement amical aux investisseurs et lutter contre la corruption», a-t-il précisé.

Ayant subi un revers de popularité en raison surtout des incendies de forêt meurtriers en juillet, le gouvernement de coalition entre le parti de gauche Syriza de M. Tsipras et le parti souverainiste de droite Anel est à la traîne dans les sondages d'intentions de vote. C'est le parti de droite Nouvelle Démocratie qui est désormais en tête de ces sondages, devançant Syriza de plus de dix points.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.