Trump nie avoir voulu limoger le procureur spécial

Affaire russeSelon le New York Times, le président américain a tenté de virer Robert Mueller en juin. Son conseiller juridique l'en a empêché.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le président américain Donald Trump a ordonné l'an dernier le renvoi du procureur spécial chargé de l'enquête russe, Robert Mueller, affirmait le New York Times jeudi soir. Le conseiller juridique de la Maison-Blanche aurait toutefois refusé de le faire.

Le 45e président des Etats-Unis aurait donné l'ordre de limoger le procureur spécial en juin 2017. Le conseiller juridique de la Maison-Blanche, Don McGahn, lui aurait alors expliqué que cela aurait un «effet catastrophique» sur sa présidence. Ce n'est qu'après que Don McGahn a menacé de démissionner que Donald Trump se serait ravisé, selon le New York Times qui cite quatre sources anonymes.

Le Washington Post a plus tard confirmé que M. Trump avait songé à renvoyer M. Mueller auprès de deux sources anonymes. M. «McGahn n'a pas menacé directement Donald Trump de démissionner mais envisageait sérieusement cette menace, selon une personne proche des faits», précise le quotidien.

M. Trump a nié vendredi cette information. «Fake news. Fake news. Fausse nouvelle typique du New York Times», a lancé le président américain aux journalistes qui l'accompagnent au Forum mondial de Davos.

«Chasse aux sorcières»

Ancien chef respecté du FBI, Robert Mueller mène l'enquête ultra-sensible sur les soupçons de collusion entre l'équipe du candidat Donald Trump et Moscou lors de la présidentielle de 2016. Il tente en outre de déterminer si le président américain s'est rendu coupable d'entrave à la justice, notamment en limogeant l'ancien chef du FBI James Comey en mai 2017.

Si l'ingérence de Moscou dans les élections - notamment sous forme de piratages informatiques ou de diffusion de fausses informations - ne fait pas de doute aux yeux des services de renseignements américains, Donald Trump et son équipe ne cessent de rejeter les soupçons de collusion, dénonçant «une chasse aux sorcières».

Selon le New York Times, Donald Trump aurait accusé Robert Mueller de trois différents conflits d'intérêts qui aurait dû le disqualifier pour cette enquête. Alors chef du FBI, M. Mueller aurait résilié son abonnement à un golf privé de M. Trump après une dispute sur les prix. Il aurait aussi travaillé récemment pour un cabinet d'avocats, qui a représenté le gendre du président, Jared Kushner, et enfin il aurait été reçu en entretien pour être nommé nouveau patron du FBI à la veille de sa nomination au poste de procureur spécial. Donald Trump a assuré mercredi qu'il était prêt à être interrogé «sous serment» par Robert Mueller. (ats/nxp)

Créé: 26.01.2018, 04h59

Articles en relation

Manafort attaque Mueller en justice

Affaire russe L'ex-chef de campagne de Donald Trump a porté plainte mercredi contre le procureur spécial chargé de l'enquête russe. Plus...

Paid Post

Le casual dating est-il fait pour vous?
L’idée d’une rencontre purement sexuelle sans aucun engagement peut paraître séduisante, mais une petite mise au point s’impose.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Papyrus: les régularisés gagnent plus et vont mieux que les illégaux
Plus...