Pour Trump et Poutine, «pas de solution militaire»

SyrieLes deux chefs d'Etat ont, au cours de ce sommet à Danang, échangé par deux fois une poignée de main, ainsi que quelques mots, mais sans véritable tête-à-tête.

Donald Trump et Vladimir Poutine se sont parlés mais sans véritable tête-à-tête.

Donald Trump et Vladimir Poutine se sont parlés mais sans véritable tête-à-tête.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le président américain Donald Trump et son homologue russe Vladimir Poutine sont d'accord pour dire qu'il n'y a «pas de solution militaire» possible à la guerre en Syrie, a annoncé le Kremlin citant un communiqué conjoint.

Engagements confirmés

«Les présidents sont d'accord pour dire que le conflit en Syrie n'a pas de solution militaire» et ont confirmé leur «détermination à vaincre l'EI» (groupe Etat islamique), selon le site internet du Kremlin.

Les deux chefs d'Etat ont, au cours de ce sommet dans la ville côtière de Danang du centre du Vietnam, échangé par deux fois une poignée de main, ainsi que quelques mots, mais sans véritable tête-à-tête.

«Les présidents ont confirmé leur engagement pour la souveraineté de la Syrie, son indépendance, son unité, son intégrité territoriale et sa nature séculaire» et ont appelé toutes les parties à participer aux discussions menées par l'ONU à Genève, déclare le Kremlin.

La Russie mène en Syrie une campagne de bombardements depuis 2015, en soutien au président Bachar el-Assad, et a fait basculer le conflit en sa faveur.

«Faire semblant» de combattre l'EI

«Les présidents ont aussi discuté la nécessité de réduire les souffrances humaines en Syrie, et appelé tous les pays membres de l'ONU à augmenter leur contribution pour satisfaire aux besoins humanitaires dans les mois qui viennent», toujours selon le Kremlin.

Le commandement militaire russe a accusé récemment les Etats-Unis de «faire seulement semblant» de combattre l'EI en Irak et de gêner la contre-offensive soutenue par la Russie dans l'est de la Syrie.

Mais d'après la déclaration commune, les deux pays «sont satisfaits» des efforts visant à prévenir les incidents entre leurs forces respectives en Syrie, «ce qui a considérablement accru les pertes de l'EI sur le champ de bataille au cours des derniers mois».

Depuis 2011 et le début du conflit meurtrier qui ravage la Syrie, toutes les initiatives prises pour trouver une issue à la guerre ont échoué, avec le sort réservé au président Assad comme principale pierre d'achoppement.

Un seul véritable entretien

La guerre en Syrie a fait plus de 330.000 morts et des millions de déplacés et réfugiés. Pendant la campagne, Donald Trump a souvent couvert d'éloges le maître du Kremlin. «Nous allons avoir une formidable relation avec (Vladimir) Poutine et la Russie», allait-il répétant.

Mais les soupçons de collusion entre son entourage et le Kremlin et une série de contentieux entre les deux pays ont considérablement assombri le tableau.

Au bout du compte, l'ancien homme d'affaires de New York et l'ex-chef à la tête du FSB (ex-KGB) n'ont, à ce jour, eu qu'un seul véritable entretien: en Allemagne, en juillet, en marge du G20.

Le procureur spécial Robert Mueller a donné un coup d'accélérateur à son enquête sur les ingérences russes dans la campagne présidentielle américaine avec l'inculpation fin octobre de trois anciens conseillers de M. Trump.

«Pas interféré» dans l'élection américaine

Donald Trump a par ailleurs indiqué que son homologue russe Vladimir Poutine lui avait dit ne pas avoir «interféré» dans l'élection présidentielle américaine.

«Il m'a dit qu'il n'avait absolument pas interféré dans notre élection», a indiqué le président américain à des journalistes à bord d'Air Force One lors du trajet entre Danang et Hanoï.

Des «absurdités»

Le président russe Vladimir Poutine a qualifié samedi d'«absurdités» les accusations d'ingérence russe dans l'élection présidentielle aux Etats-Unis.

«Tout est ce qui est lié au dossier russe aux Etats-Unis est la preuve de la lutte politique intérieure dans ce pays (...). Ce sont des absurdités», a déclaré M. Poutine, lors d'une conférence de presse à Danang au Vietnam, à l'issue du forum de l'Asie-Pacifique (Apec).

Par ailleurs, il a qualifié d'«attaque contre la liberté d'expression» l'obligation faite à la chaîne de télévision russe RT de s'enregistrer comme «agent de l'étranger» aux Etats-Unis, promettant une «riposte».

«L'attaque contre nos médias est une attaque contre la liberté d'expression», a déclaré M. Poutine. (afp/nxp)

Créé: 11.11.2017, 11h56

Articles en relation

Retour des proches de djihadistes: prudence

France Paris marche sur des œufs quant au traitement à réserver aux femmes et enfants de djihadistes arrêtés en Irak et Syrie. Plus...

L'EI contre-attaque à Boukamal

Syrie L'organisation est passée à l'offensive dans la dernière ville du pays qu'il contrôle, en reprenant la moitié. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.