Trump et Johnson sont-ils de vrais amis?

Grande-BretagneLes deux dirigeants, Donald Trump et Boris Johnson, sont jugés égocentriques et leurs intérêts sont parfois bien divergents.

Boris Johnson et Donald Trump.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les planètes semblent désormais alignées pour relancer la «relation spéciale» entre Etats-Unis et Royaume-Uni, avec l'alchimie affichée par le président américain Donald Trump et le futur premier ministre britannique Boris Johnson. Mais l'entente pourrait vite s'avérer plus compliquée entre deux dirigeants jugés égocentriques et aux intérêts parfois divergents.

Les félicitations du président américain n'ont pas tardé après la confirmation de la victoire de «Boris» à la tête du parti conservateur britannique. «Il sera formidable», a-t-il tweeté.

Le message est en ligne avec les superlatifs employés ces derniers mois par le milliardaire républicain pour encenser le nouveau chef des conservateurs britanniques. Il se trouve à l'opposé de ses critiques pour la première ministre sortante, Theresa May, qui a fait, à ses yeux, «du très mauvais boulot sur le Brexit».

L'ère Trump-May a été délétère pour les relations entre les deux grands alliés transatlantiques, comme l'a encore montré la démission de l'ambassadeur britannique à Washington Kim Darroch, après la fuite de mémos peu flatteurs à l'égard du président américain.

Tignasse blonde

Tandis qu'avec MM. Trump et Johnson, «on pourrait avoir le partenariat le plus étroit entre des dirigeants des Etats-Unis et du Royaume-Uni depuis l'époque de Ronald Reagan et de Margaret Thatcher», s'enthousiasme Nile Gardiner, ex-conseiller de la «dame de fer» aujourd'hui chercheur au centre de réflexion conservateur américain Heritage Foundation.

Il y a plusieurs raisons à cela. Né à New York, le nouveau patron des Tories se dit déterminé à quitter l'Union européenne coûte que coûte à l'automne et «représente une vision clairement pro-américaine avec une affinité marquée pour l'alliance transatlantique», relève Nile Gardiner.

Tout, jusqu'à la tignasse blonde, semble rassembler les deux hommes portés au pouvoir par la vague populiste. «Ce sont, sur le papier, des frères idéologiques, à droite, populistes, contre le politiquement correct et anti-establishment», énumère Ian Bremmer, président de la société d'expertise Eurasia Group.

Mais «leur relation est aussi beaucoup plus instable», prévient ce politologue interrogé par l'AFP.

«Le Trump britannique»

Selon lui, «Boris Johnson et Donald Trump ont des personnalités similaires: aucun des deux n'est très porté sur l'idéologie, et tous deux s'intéressent d'abord à eux-mêmes».

Une analyse que semble confirmer le président américain lorsqu'il explique pourquoi il «aime» tant le nouveau dirigeant britannique: car il est «le Trump britannique», a-t-il résumé mardi.

Et comme tous deux veulent attirer la lumière, cela pourrait faire des étincelles si, par exemple, le gaffeur Johnson faisait de l'ombre au susceptible M. Trump. «Boris Johnson a vexé beaucoup de gens qui se vexent moins facilement que Donald Trump», prévient Ian Bremmer.

L'idylle n'a d'ailleurs pas toujours été au rendez-vous. Avant l'élection de l'homme d'affaires new-yorkais à la Maison-Blanche, celui qui était alors maire de Londres disait vouloir «éviter certains quartiers de New York» pour ne pas risquer «d'y tomber sur Donald Trump».

Négociations annoncées tendues

En cause, des propos controversés du milliardaire républicain sur les musulmans et la radicalisation dans la capitale britannique. Depuis, l'ex-chef de la diplomatie britannique s'est démarqué à plusieurs reprises du président américain, comme récemment au sujet de ses attaques contre des élues démocrates issues des minorités.

Preuve que l'entente sur le fond risque d'être rapidement chahutée, Boris Johnson s'est aussi opposé à son nouvel «ami» sur l'Iran, menant en mai 2018 une mission de la dernière chance à Washington pour tenter en vain de le faire rester dans l'accord sur le nucléaire iranien. La crise avec Téhéran est à nouveau un révélateur des tensions latentes entre les deux alliés, puisque le gouvernement Trump a fait comprendre que l'arraisonnement iranien d'un tanker britannique était avant tout le problème de Londres.

Et alors que l'Américain a fait miroiter à Londres un accord commercial «extraordinaire» après le Brexit, et que le Britannique a surfé sur cette promesse pour garantir que le divorce européen serait bon pour l'économie, les négociations s'annoncent en fait tendues.

«Malgré les affinités, leurs intérêts ne sont pas toujours alignés», constate Luigi Scazzieri, du Center for European Reform à Londres.

Selon lui, Boris Johnson, en position de faiblesse si les discussions avec Bruxelles tournent mal, risque de buter sur «les instincts 'America first' de M. Trump», qui a fait de «l'Amérique d'abord» son mot d'ordre. Donald «Trump ne devrait faire aucune concession au Royaume-Uni». «Au contraire il cherchera un maximum d'avantages pour les Etats-Unis en poussant les Britanniques à ouvrir leurs secteurs agricole et sanitaire», prédit-il. (ats/nxp)

Créé: 24.07.2019, 07h57

Articles en relation

La stratégie risquée de Boris Johnson sur le Brexit

Grande-Bretagne Le futur locataire du 10 Downning Street a promis de quitter l'UE le 31 octobre sans accord. Quelles sont les chances de succès? Plus...

Boris Johnson est le nouveau Premier ministre

Royaume-Uni Le chantre du Brexit a obtenu une large majorité les clefs de Downing Street. Il entrera en fonction mercredi. Plus...

Boris Johnson, le bateleur du Brexit à Downing Street

Grande-Bretagne Le champion des gaffes et des excès a réussi son pari de succéder à Theresa May grâce à son charisme et son ambition. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.