Trierweiler publie un SMS attribué à Hollande

FranceLa journaliste a posté sur Twitter un texto du président français reprenant la fameuse expression «sans-dents».

Valérie Trierweiler possède plus de 300'000 abonnés sur Twitter.

Valérie Trierweiler possède plus de 300'000 abonnés sur Twitter. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Valérie Trierweiler a publié mercredi sur le réseau social un SMS attribué à François Hollande daté de 2005, dans lequel il utilise l'expression «sans-dents», suscitant le trouble du porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll. L'expression avait fait scandale en 2014 lors de la publication de «Merci pour ce moment», le livre de l'ancienne compagne du président de la République.

«Je suis avec ma copine Bernadette dans une grande manifestation dans son canton. Je lui ai fait un numéro de charme. Mais tu ne dois pas t'inquiéter. Dans son discours, elle a fait un lapsus formidable. Rire général, même chez les sans-dents». F. Hollande, 31/05/2005. 12h39, peut-on lire sur le compte Twitter de Mme Trierweiler.

Dans un livre («Un président ne devrait pas dire ça», Stock) publié mercredi, M. Hollande qualifie de «trahison» la révélation de ce terme par son ex-compagne dans son ouvrage autobiographique. «Je lui ai dit: je vois les gens qui viennent vers moi dans les manifestations, ce sont des pauvres, ils sont sans dents». «C'est odieux, c'est une trahison. Quand je dis: j'aime les gens, c'est vrai», assure-t-il.

«En plus, il y en a plusieurs»

Interrogé lors de son point de presse hebdomadaire, Stéphane Le Foll s'est d'abord refusé à commenter davantage cette information avant qu'un journaliste ne lui tende son portable pour lui montrer les tweets de Valérie Trierweiler. «En plus, il y en a plusieurs», a-t-il d'abord relevé avant de se plonger longuement dans leur lecture, poursuivie à voix haute, et d'ajouter, visiblement désemparé: «avec ça, je laisse les Français faire leur jugement».

«Dans quel contexte, comment c'est écrit, ça sort comme ça, franchement, est-ce que ça remet en cause ce qui a été dit ?», s'est-il ensuite interrogé. «Chacun pourra en faire l'exégèse quand il veut mais moi, franchement, ce que vous me montrez là est plutôt une manière d'alimenter le débat», a enchaîné le porte-parole du gouvernement, concluant : «vous me présentez deux tweets que je viens de lire en direct, pour voir, franchement, je laisse après chacun juger mais même moi, j'ai du mal à saisir la portée de tout ça».

(afp/nxp)

Créé: 12.10.2016, 12h31

Articles en relation

«S'il fallait appeler à voter Sarkozy, on le ferait»

François Hollande L'Express publiera mercredi les bonnes feuilles du livre «Un président ne devrait pas dire ça». Plus...

Le livre de Trierweiler ne sera pas adapté au cinéma

France Le film tiré du bouquin où Valérie Trierweiler règle ses comptes avec le chef de l'Etat aurait dû sortir en 2017, année de l'élection présidentielle. Plus...

La rentrée littéraire d'automne se la joue classieuse

Littérature En 2014, Valérie Trierweiler, ex-première dame de France, tirait toute la couverture sur sa rupture. La zone de combat semble dégagée. Place aux auteurs. Plus...

Sarkozy et Trierweiler se réconcilient sur Instagram

Improbable Contre toutes attentes, Léonard Trierweiler et Louis Sarkozy s'aiment désormais comme des «frères». Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Dons d'organes: le Conseil Fédéral veut le consentement des proches
Plus...