Passer au contenu principal

Des traces de gaz sarin trouvées en Syrie

Des inspecteurs de l'OIAC ont trouvé de «traces de précurseurs de VX et de sarin sur un site» en Syrie.

L'OIAC estime que du gaz de chlore a été utilisé de manière répétée comme arme chimique en Syrie.
L'OIAC estime que du gaz de chlore a été utilisé de manière répétée comme arme chimique en Syrie.
DR/Illustration

Les inspecteurs de l'organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) ont découvert en Syrie des traces d'éléments, entrant dans la fabrication de gaz sarin et de gaz VX. Ceux-ci ont été trouvés sur un site non déclaré, selon un document de l'UE.

Le représentant permanent de la Lettonie à l'OIAC a dit jeudi aux délégués de l'organisation que l'UE avait un certain nombre d'«inquiétudes» concernant la question des armes chimiques en Syrie.

Il note qu'«en haut de la liste» des préoccupations de l'UE figure la «découverte récente» par les inspecteurs de l'OIAC de «traces de précurseurs de VX et de sarin sur un site où elles n'étaient pas censées être».

«L'Union européenne s'inquiète particulièrement, vu ce qui vient d'être dit, du fait que la Syrie pourrait toujours détenir des équipements d'armes chimiques ou des agents d'armes chimiques non déclarés», a ajouté le représentant. Le porte-parole de l'OIAC a refusé de donner plus d'informations, faisant valoir un devoir de réserve sur le sujet.

Gaz de chlore utilisé

Après une attaque en août 2013 au gaz sarin près de Damas, dénoncée par une grande partie de la communauté internationale, le régime syrien a accepté de démanteler son arsenal chimique.

Mais l'OIAC a conclu que du gaz de chlore avait été utilisé de manière répétée et systématique comme arme chimique en Syrie. L'OIAC n'en a toutefois pas attribué la responsabilité au régime ou à l'opposition armée, qui s'accusent mutuellement de l'avoir fait.

Washington a proposé mercredi à ses partenaires du Conseil de sécurité de l'ONU de lancer une enquête pour déterminer qui est responsable de ces attaques.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.