Touristes appelés à quitter le Cachemire

IndeLe gouvernement indien appelle les touristes à quitter la région du Cachemire en raison de risques terroristes.

Des soldats, déployés par l'Inde en prévision de possibles troubles, patrouillent dans les rues de Srinagar, au Cachemire.
Vidéo: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'Inde a appelé vendredi les touristes à quitter la région poudrière du Cachemire en raison de «menaces terroristes», tout en déployant des renforts militaires dans cette vallée montagneuse en prévision de possibles troubles.

Dans un communiqué, le gouvernement de l'Etat du Jammu-et-Cachemire a appelé touristes et pèlerins à quitter «immédiatement» cette région himalayenne du nord de l'Inde, à majorité musulmane, également revendiquée par le Pakistan, sur la base de «menaces terroristes signalées par les services de renseignement».

Selon le chef de l'armée au Cachemire indien, le général de corps d'armée Kanwal Jeet Singh Dhillon, un fusil de précision et une mine antipersonnel fabriquée au Pakistan ont été découverts sur la route du pèlerinage d'Amarnath, qui attire chaque année des centaines de milliers de pèlerins hindous au Cachemire.

«Cela prouve que les Pakistanais tentent d'attaquer le pèlerinage», a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse.

Une région revendiquée par deux pays

L'Inde et le Pakistan se disputent le Cachemire depuis la partition de l'empire colonial britannique en 1947 et se sont affrontés dans deux guerres au sujet de cette région. Armées indienne et pakistanaise échangent presque chaque jour des tirs de mortier par-dessus la ligne de cessez-le-feu, qui marque une frontière de fait entre les deux parties du Cachemire.

Une insurrection séparatiste fait également rage depuis 1989 au Cachemire indien et a coûté la vie à plus de 70'000 personnes, principalement des civils. New Delhi accuse son voisin de soutenir en sous-main les groupes armés à l'oeuvre dans la vallée septentrionale de Srinagar, ce que le Pakistan a toujours démenti.

L'armée indienne a également dépêché au moins 10'000 soldats supplémentaires dans cette région, qui est déjà l'une des plus militarisée au monde.

«Possible soulèvement général»

Les habitants du Cachemire et responsables politiques locaux voient dans ce renforcement sécuritaire un signe que le gouvernement nationaliste hindou du Premier ministre Narendra Modi s'apprêterait à révoquer des droits juridiques spéciaux de cette région à majorité musulmane, une décision potentiellement explosive.

Selon un responsable de la police qui a requis l'anonymat, les membres des forces de l'ordre se sont vu «conseiller» de mettre leurs familles en lieu sûr et d'emmagasiner de la nourriture.

De nombreux propriétaires de stations-service ont indiqué que les autorités leur avait demandé de stocker un maximum d'essence.

«Cela fait partie d'un plan de sécurité évoluant constamment pour contrer un possible soulèvement général», a indiqué le responsable policier. (afp/nxp)

Créé: 02.08.2019, 16h51

Articles en relation

Trump crée la polémique sur le Cachemire

Inde-Pakistan Le président américain a affirmé que l'Inde lui a demandé de servir de médiateur dans le conflit au Cachemire, des propos vivement démentis. Plus...

Echanges d'artillerie et guerre de propagande

Cachemire L'Inde et le Pakistan continuent de faire monter la tension dans la région. La libération d'un pilote indien a déclenché une guerre de propagande. Plus...

Le Pakistan a libéré le pilote indien

Crise au Cachemire Dans un «geste de paix», Islamabad a libéré le pilote indien capture au Cachemire, alors que les deux pays sont en crise. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Nobel de la paix au Premier Ministre éthiopien
Plus...