Passer au contenu principal

AfghanistanTirs de mortier sur un marché: 14 morts

Alors que des négociations sont en cours entre talibans et représentants des Etats-Unis, une attaque a été menée dans le nord de l'Afghanistan.

La guerre continue à faire rage entre les talibans et les forces de sécurité afghanes.
La guerre continue à faire rage entre les talibans et les forces de sécurité afghanes.
Photo d'illustration, Keystone

Au moins 14 personnes ont été tuées et des dizaines d'autres blessées vendredi sur un marché du nord de l'Afghanistan atteint par des obus de mortiers, a annoncé l'armée afghane samedi, en attribuant cette attaque aux talibans.

Les talibans visaient probablement un barrage de l'armée proche de ce marché du district de Khwaja Sabz Posh de la province de Faryab, a expliqué à l'AFP un porte-parole de l'armée afghane, Hanif Rezaee. «Quatorze civils ont été tués et une quarantaine blessés, y compris des femmes et des enfants», a-t-il précisé.

Les talibans n'ont fait aucun commentaire sur cette attaque. Naem Musamim, directeur des services de santé de la province, a confirmé que 14 corps et 39 blessés, dont quatre enfants, avaient été amenés dans les hôpitaux locaux. Les victimes les plus gravement touchées ont été transférées par hélicoptère vers la ville de Mazar-i-Sharif, dans la province de Balkh.

Des Chiites visés

Par ailleurs, une bombe a explosé vendredi dans une mosquée chiite à Ghazni, dans le centre, tuant deux personnes, dont un enfant, et blessant 14 enfants et six adultes. Le groupe afghan affilié au groupe Etat islamique (EI) a revendiqué l'attaque, après avoir par le passé souvent pris pour cible la communauté chiite afghane. L'Afghanistan, en majorité sunnite, compte une importante minorité chiite, constituée principalement des Hazaras.

La guerre continue à faire rage entre les talibans et les forces de sécurité afghanes, alors même que des négociations sont en cours entre talibans et représentants des Etats-Unis à Doha pour tenter de mettre fin au conflit. Dimanche, les talibans doivent également rencontrer à Doha divers représentants de la société afghane.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.