Passer au contenu principal

Un tiers des Haïtiens meurent de faim

Les conséquences de la crise économique se ressentent gravement dans l'assiette des Haïtiens. L'ONU lance un cri d'alarme.

Près de 3,7 millions souffrent d'«insécurité alimentaire grave» en Haïti, selon le Programme alimentaire mondial.
Près de 3,7 millions souffrent d'«insécurité alimentaire grave» en Haïti, selon le Programme alimentaire mondial.
AFP

Plus d'un Haïtien sur trois est dans une situation d'insécurité alimentaire «grave», en raison de la crise économique, des troubles sociaux et de la baisse de la production agricole, a averti vendredi le Programme alimentaire mondial (PAM).

Lors d'un point de presse à Genève, Hervé Verhoosel, porte-parole du PAM, a indiqué que selon une étude menée en octobre sur les 11 millions d'Haïtiens, près de 3,7 millions souffrent d'«insécurité alimentaire grave» et parmi eux, plus d'un million sont en situation d'«urgence».

Selon les 5 phases de la classification de la sécurité alimentaire (IPC) utilisée par le PAM, la situation d'«urgence» (phase 4) signifie que les familles doivent faire face à des difficultés extrêmes pour satisfaire leurs besoins alimentaires. La phase 5 est la situation de «famine».

Pire à venir encore

M. Verhoosel a souligné que «la sécurité en Haïti a entravé les efforts du PAM et d'autres organisations humanitaires pour atteindre les personnes dans le besoin au cours des 7 dernières semaines». Selon l'ONU, au moins 42 personnes sont mortes depuis mi-septembre dans des manifestations organisées dans les principales villes en Haïti pour exiger la démission du président Jovenel Moïse, un mouvement paralysant les activités économiques du pays.

Le porte-parole de l'agence spécialisée de l'ONU a indiqué que l'insécurité alimentaire avait augmenté de 15% dans les zones rurales depuis la dernière analyse effectuée en décembre 2018.

Il a précisé que les zones les plus touchées étaient le sud du département du Nord-Ouest et les quartiers de Cité Soleil à Port-au-Prince. «Ces deux zones sont classées en »urgence« (phase 4) sur l'échelle de l'IPC», a-t-il dit. «Sans assistance immédiate, la situation devrait se détériorer davantage», a averti M. Verhoosel. «Le nombre de personnes ayant besoin d'une aide alimentaire urgente passera de 3,7 millions à 4,1 millions en mars 2020.»

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.