La Syrie est en plein «désastre médical»

Guerre civilePénurie de médecins, de matériels, de médicaments, réapparition de maladies éradiquées: des médecins syriens réunis à Paris ont alerté sur le «désastre médical et humanitaire» dans leur pays.

La situation médicale en Syrie est dramatique, ont déclaré plusieurs médecins

La situation médicale en Syrie est dramatique, ont déclaré plusieurs médecins Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

«La situation est insupportable, catastrophique, et de nombreuses parties de la Syrie n'ont plus de présence médicale», a lancé le Dr Oubaida Al Moufti, un médecin franco-syrien membre de l'Union des organisations syriennes de secours médicaux (UOSSM), lors d'un point-presse lundi soir 6 janvier au Quai d'Orsay. L'UOSSM, un réseau médical interne et externe à la Syrie, est soutenu notamment par Paris.

A Alep, la deuxième ville du pays, seuls cinq hôpitaux fonctionnent, dont trois partiellement, dans la partie orientale sous contrôle de l'opposition. Quelque 360'000 personnes y vivent, encerclées par les forces du régime.

«Il n'y a plus que 30 médecins toutes spécialités confondues. Outre les blessés de guerre, nous voyons réapparaître des maladies comme la polio, la tuberculose, la gale ou la typhoïde», a raconté un médecin d'Alep. Celui-ci s'est présenté sous le simple prénom d'Abdelaziz, pour des raisons de sécurité.

Accouchements à domicile

Un autre professionnel a décrit une situation «insupportable» dans la Ghouta orientale, dans la banlieue de Damas, une zone encerclée depuis deux ans par les forces loyalistes. Il n'y a là «aucune possibilité de faire entrer de l'aide humanitaire».

Dans les zones tenues par les djihadistes du groupe État islamique (EI), «les médecins peuvent travailler, mais ils n'ont aucun soutien des ONG puisqu'elles ont toutes quitté ces territoires», a décrit l'un d'eux. Ainsi, à Raqqa, bastion de l'EI dans le nord de la Syrie, où vivent 1,6 million d'habitants, «il n'y a aucun service d'obstétrique, de gynécologie ou de pédiatrie».

Selon le Dr Al Moufti, 80% des accouchements en Syrie se font désormais à domicile. En outre, une grande partie des enfants ne sont plus vaccinés.

250 médecins tués

Les médecins de l'UOSSM, qui compte plus de 300 postes médicaux et 12 dispensaires sur tout le territoire, tentent de travailler dans toutes les zones, qu'elles soient tenues par les forces de Damas, l'opposition, ou les djihadistes de l'EI. «Nous sommes neutres. Mais nous subissons la violence de tout le monde, et personne n'a aucune garantie de quiconque», ont-ils expliqué.

L'UOSSM dispose d'une liste de 250 médecins tués depuis trois ans.

«Cette guerre fait des dégâts et des morts civils - entre trente et soixante - tous les jours», a rappelé le Dr Tawfik Chamaa, représentant de l'UOSSM en Suisse. Il a dénoncé «le silence» international sur les souffrances quotidiennes des Syriens.

«On ne parle plus dans les médias que d'extrémisme et de Daech (le groupe EI). Mais pas des femmes et des enfants tués, des corps déchiquetés, des ventres ouverts, ce que l'on doit gérer au quotidien en tant que médecin», s'est-il indigné.

Le régime épargné

La guerre en Syrie a fait plus de 200'000 morts depuis mars 2011, plus de trois millions de réfugiés et 6,5 millions de déplacés.

Depuis septembre 2014, une coalition internationale conduite par les États-Unis mène des frappes contre les djihadistes de l'EI, mais sans toucher aux forces du régime de Damas. Celui-ci considère comme «terroristes» toutes les forces de l'opposition. (ats/nxp)

Créé: 07.01.2015, 07h08

Articles en relation

La guerre provoque un exode massif des Syriens

Proche-Orient La guerre en Syrie provoque le plus grand déplacement de population dans le monde depuis des décennies. Plus...

La Suisse «devrait accueillir 100'000 réfugiés syriens»

Guerre civile Vingt-sept organisations, soutenues par 500 personnes, ont présenté mardi une lettre ouverte à l'intention du Conseil fédéral. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Manifs partout en Suisse
Plus...