Soldats français tués dans un accident d'hélicoptères

MaliLors d'une opération contre des djihadistes au Mali, deux hélicoptères sont entrés en collision tuant treize militaires français.

Vidéo: archive/AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Treize militaires français de la force Barkhane ont trouvé la mort au Mali dans une collision de deux hélicoptères, a annoncé mardi la présidence française. L'accident s'est produit lors d'une opération de combat contre des djihadistes.

Il s'agit de l'un des plus lourds bilans humains de l'armée française depuis l'attentat du Drakkar au Liban en 1983, qui avait fait 58 morts. Selon des sources de la défense, un hélicoptère de combat Tigre a percuté un hélicoptère de manoeuvre et d'assaut Cougar lundi soir dans la région de Ménaka, aux confins du Mali, Niger et Burkina Faso.

Soutien de Macron

Le président français Emmanuel Macron a salué «avec le plus grand respect la mémoire de ces militaires de l'armée de terre, six officiers, six sous-officiers et un caporal-chef, tombés en opération et morts pour la France dans le dur combat contre le terrorisme au Sahel», précise le communiqué.

Il «exprime son soutien le plus total à leurs camarades de l'armée de terre et des armées françaises. Il tient à saluer le courage des militaires français engagés au Sahel et leur détermination à poursuivre leur mission. Il les assure de son entière confiance», conclut le texte.

38 morts

Cet accident porte à 38 le nombre de militaires français tués au Mali depuis le début de l'intervention française en 2013, avec l'opération Serval, d'après un décompte de l'AFP. L'opération Barkhane, qui a succédé à Serval depuis août 2014, mobilise 4500 militaires français dans la bande sahélo-saharienne, une étendue vaste comme l'Europe, en soutien aux armées nationales qui combattent des djihadistes affiliés à l'EI ou à Al-Qaïda.

Mais six ans après le début de l'intervention française, les violences islamistes persistent dans le nord du Mali et se sont propagées au centre du pays ainsi qu'au Burkina Faso et au Niger voisins. Depuis 2012, les hostilités, doublées de violences intercommunautaires, ont fait des milliers de morts et déplacé des centaines de milliers de civils. (ats/nxp)

Créé: 26.11.2019, 10h36

Jean-Marie Bockel «dévasté» mais «très fier» de son fils tué au Mali

Le sénateur du Haut-Rhin Jean-Marie Bockel s'est dit «dévasté» par la mort de son fils Pierre, tué lundi dans l'accident entre deux hélicoptères de l'armée française au Mali, mais a insisté sur sa fierté envers ce «fils merveilleux», un «soldat engagé, sachant pourquoi il était là», mardi sur BFMTV.

Articles en relation

24 soldats et 17 djihadistes tués au Mali

Afrique L'armée malienne a subi une lourde perte lors d'une opération antiterroriste menée dans l'est du pays lundi. Plus...

Interpol délivre 64 victimes de trafic humain

Mali Plusieurs femmes et enfants exploités par des groupes criminels ont été sauvés lors d'une opération policière au Mali. Plus...

Paris annonce la mort d'un chef djihadiste au Sahel

Mali Le gouvernement français affirme avoir éliminé sur le territoire malien le numéro deux d'une organisation terroriste liée à Al-Qaïda. Plus...

L'EI revendique deux attaques au Mali

Terrorisme Un attentat a coûté la vie à 49 militaires maliens vendredi, près de la frontière avec le Niger, tandis qu'un militaire français a été tué samedi par un engin explosif. Plus...

Mali: un Casque bleu tué, 5 blessés dans 2 attaques

Afrique Les Casques bleus ont été la cible de deux attaques meurtrières dimanche, l'une dans le nord-est du Mali et l'autre dans le centre. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Quand reprendre le travail?
Plus...