Passer au contenu principal

FranceSoirée mouvementée pour Emmanuel Macron

Passant la soirée au théâtre, le président français a dû être «sécurisé» quelques minutes lorsque des manifestants ont tenté d'y rentrer.

Les manifestants sont restés devant le théâtre après avoir été repoussés par les forces de l'ordre.

Plusieurs dizaines d'opposants au président français Emmanuel Macron se sont rassemblés vendredi devant le théâtre parisien où il passait la soirée. Ils ont tenté d'y entrer, mais ont été repoussés par les forces de l'ordre, selon des sources concordantes.

Une trentaine de personnes a tenté d'entrer dans le théâtre des Bouffes du Nord, a précisé l'entourage du couple présidentiel. Emmanuel Macron, qui avec son épouse assistait à une représentation, a été «sécurisé» pendant quelques minutes puis est retourné voir la pièce jusqu'au bout. Les manifestants ne sont pas parvenus à entrer, a confirmé la Préfecture de police de Paris.

Le président, qui aime sortir discrètement dans Paris pour aller au restaurant ou au théâtre, a quitté les lieux en voiture vers 22h00 sous escorte policière. Aux cris de «Tous ensemble, grève générale», les manifestants ont fait face pendant environ une heure à de nombreux policiers déployés devant cet établissement, a constaté l'AFP.

D'autres actions

«On était à l'université Paris 7 pour une université populaire, quelqu'un a reçu un message indiquant que Macron était là, donc on est venus pour montrer qu'on est présents, qu'il y a une contestation contre la réforme des retraites mais pas seulement», a expliqué Arthur Knight, l'un des manifestants.

L'entourage du président français a indiqué qu'il continuerait à aller au théâtre malgré cet incident. «Le président continuera à se rendre à des représentations théâtrales comme il en a l'habitude. Il veillera à défendre la liberté de création, afin qu'elle ne soit pas perturbée par des actions politiques violentes», a-t-on déclaré dans son entourage.

L'Assemblée a rejeté mardi soir les motions de censure de droite comme de gauche opposées à Edouard Philippe et son recours au 49-3 pour faire passer la réforme des retraites. Cette dernière est de facto adoptée en première lecture. (Mardi 3 mars 2020)
L'Assemblée a rejeté mardi soir les motions de censure de droite comme de gauche opposées à Edouard Philippe et son recours au 49-3 pour faire passer la réforme des retraites. Cette dernière est de facto adoptée en première lecture. (Mardi 3 mars 2020)
AFP
Édouard Philippe a dégaîné samedi le 49-3, engageant la responsabilité du gouvernement pour faire adopter le texte sur la réforme des retraites sans vote à l'Assemblée Nationale. (Dimanche 1er mars 2020)
Édouard Philippe a dégaîné samedi le 49-3, engageant la responsabilité du gouvernement pour faire adopter le texte sur la réforme des retraites sans vote à l'Assemblée Nationale. (Dimanche 1er mars 2020)
AFP
Le tableau à l'aéroport d'Orly photographié par une voyageuse. (Jeudi 5 décembre 2019)
Le tableau à l'aéroport d'Orly photographié par une voyageuse. (Jeudi 5 décembre 2019)
AFP
1 / 72

Au 44e jour de grève contre la réforme des retraites, plusieurs autres actions ciblées ont été menées vendredi par les opposants au projet: une intrusion au siège de la CFDT, le premier syndicat du pays, favorable au système universel de retraite par points dénoncé par les grévistes, et le blocage de l'entrée de la pyramide du Louvre, entraînant l'impossibilité d'ouvrir pour le musée le plus fréquenté du monde.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.