Sissi renforce sa surveillance des médias

EgypteLe président égyptien promulgue une loi permettant à un conseil dédié de superviser les organes de presse.

Le président égyptien a écarté les critiques concernant les restrictions sur les médias en Egypte. (Image d'archives)

Le président égyptien a écarté les critiques concernant les restrictions sur les médias en Egypte. (Image d'archives) Image: Reuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Abdel Fattah Al-Sissi a fait adopter une nouvelle loi au Parlement. Celle-ci vise à mettre en place un conseil formé de membres approuvés par le président pour superviser les organes de presse, a-t-on appris mardi auprès de source officielle.

La loi, adoptée par le Parlement et publiée au journal officiel, autorise le conseil à enquêter sur le financement des médias, et à verbaliser ou révoquer ceux qui seraient considérés comme contrevenant aux exigences de «sécurité nationale» du pays.

Le conseil sera composé d'un chef nommé par le président égyptien et de 12 membres recommandés par le Parlement et d'autres institutions, et approuvés eux aussi par M. Sissi.

Le Comité de protection des journalistes, basé à New York, a accusé l'Egypte d'imposer des restrictions aux médias et d'être «un emprisonneur de journalistes».

Profiter de médias «honnêtes»

La loi dit que le conseil garantit «le droit des citoyens à profiter de médias libres et honnêtes». Mais elle charge également le conseil de «garantir la conformité des médias avec les exigences de sécurité nationale».

M. Sissi a écarté les critiques concernant les restrictions sur les médias en Egypte mais il se plaint régulièrement de leur activité, assurant que certaines couvertures sont néfastes pour le pays.

Selon un responsable du Syndicat des journalistes égyptiens, Khaled Elbakshy, la loi renforce le contrôle du gouvernement sur les médias.

«La nouvelle loi entérine le statu quo, dont le contrôle sur les médias à travers un conseil choisi par l'exécutif», a-t-il dit à l'AFP.

Un journaliste d'Al-Jazeera derrière les barreaux

La promulgation de ce nouveau texte intervient quelques jours après l'arrestation d'un journaliste de la chaîne qatarie Al-Jazeera sur des soupçons de propagation de fausses informations.

L'Egypte accuse la chaîne de soutenir les Frères musulmans, mouvement islamiste considéré comme une organisation terroriste dans le pays.

En 2013, l'Egypte avait arrêté et emprisonné trois journalistes d'Al-Jazeera, dont un Canadien et un Australien, soulevant une vague de protestation internationale. Les trois journalistes avaient finalement été libérés en 2015.

(afp/nxp)

Créé: 27.12.2016, 14h30

Articles en relation

Un directeur de l'info viré pour une gaffe sur Sissi

Egypte La télévision d'Etat égyptienne a renvoyé son directeur pour avoir diffusé la mauvaise interview du président Abdel Fattah al-Sissi. Plus...

Un avocat des droits de l'Homme remis en liberté

Egypte Un avocat a été libéré dimanche. Il avait été arrêté pour son soutien à des manifestations hostiles au président al-Sissi. Plus...

Droits de l'Homme, armes: Sissi se défend

Egypte Le président égyptien a donné un entretien aux télévisions du pays dans lequel il défend son bilan en matière d'achat d'armes et de droits de l'Homme. Plus...

Des sous-marins à la recherche des boîtes noires

EgyptAir L'Egypte a envoyé «un sous-marin capable de descendre à 3000 mètres», a assuré le président Sissi. Il a réaffirmé qu'aucune hypothèse n'est pour l'heure privilégiée. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Inquiétude chez les employés de TAmedia
Plus...