Passer au contenu principal

IrlandeLe Sinn Fein deuxième force au Parlement

Les deux grands partis de centre-droit vont devoir cohabiter avec le Sinn Fein, après sa percée historique aux législatives samedi.

Mary Lou McDonald, célébrant la victoire de son parti, le Sinn Fein.
Mary Lou McDonald, célébrant la victoire de son parti, le Sinn Fein.
Keystone

Le Sinn Fein est devenu la deuxième force au Parlement irlandais après avoir remporté le vote populaire aux élections législatives de samedi. Cette percée historique bouscule les deux grands partis de centre-droit jusqu'ici habitués à se partager le pouvoir.

Partisan d'une réunification de l'Irlande, ce parti de gauche, longtemps considéré comme la branche politique de l'IRA, compte désormais 37 sièges sur les 160 du Dail, la chambre basse du Parlement irlandais. Le Fianna Fail, parti de centre-droit, détient un siège de plus (38). Quant au Fine Gael, l'autre grand parti de centre-droit, il n'en compte que 35, ce qui pourrait fragiliser le Premier ministre sortant Leo Varadkar, qui en est membre.

Les négociations ont déjà commencé, avec un Sinn Fein qui s'appuie sur sa victoire dans le vote populaire: à l'issue du premier tour du décompte entamé dimanche, il a été placé en tête de liste par 24,5% des électeurs, devant le Fianna Fail (22,2%) et le Fine Gael (20,9%).

Cette avance ne s'est pas tout à fait traduite en termes de sièges car le Sinn Fein n'a présenté que 42 candidats, environ deux fois moins que les deux grands partis centristes. Les électeurs ne votent pas pour une liste constituée, mais élaborent leur propre liste en classant les candidats par ordre de préférence. Le long délai de publication des résultats en termes de siège au Parlement sont dus au complexe mode de scrutin.

Dédiabolisation réussie

«Le Sinn Fein a gagné les élections, nous avons remporté le vote populaire, c'est une victoire historique», s'était réjouie, extatique, Mary Lou McDonald, cheffe du Sinn Fein et star de ce scrutin, lors d'une promenade dans le centre de Dublin lundi. «Je pourrais bien être le prochain Taoiseach (chef du gouvernement en gaélique)!», a-t-elle lancé à ses supporters en liesse, posant avec un bébé ou jonglant avec des fruits pour les photographes.

Le Sinn Fein, parti de gauche qui milite pour la réunification de la province britannique d'Irlande du Nord avec la République d'Irlande, a longtemps fait figure de paria en raison de ses liens avec l'IRA, organisation paramilitaire opposée à la présence britannique en Irlande du Nord, dont il était la vitrine politique. Mais Mary Lou McDonald, 50 ans, a réussi à le dédiaboliser, menant une campagne percutante en appuyant sur les failles du gouvernement dans les domaines du logement et de la santé.

Le parti du Premier ministre perdant

D'ores et déjà, deux choses sont sûres: il sera difficile d'ignorer le Sinn Fein dans les calculs de coalition, et le grand perdant est le Fine Gael du Premier ministre, victime d'usure après trois ans au pouvoir. Une semaine après la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, il a axé sa campagne sur le Brexit, l'Irlande et ses 4,9 millions d'habitants se trouvant en première ligne.

Leo Varadkar a mis en avant son rôle dans la mise au point d'une solution évitant le retour à une frontière physique entre les deux Irlande. Mais sa stratégie a échoué, le logement et la santé ayant été jugés largement prioritaires par les électeurs, selon un sondage.

Quelles alliances ?

Le Sinn Fein doit donc chercher à faire des alliances s'il veut pouvoir former un gouvernement de coalition. «Les gens qui ont voté Sinn Fein ont voté pour que le Sinn Fein soit au gouvernement, donc nous avons ouvert des discussions et pris contact avec les dirigeants» des petits partis de gauche comme les Verts ou les Sociaux démocrates, a dit lundi Mary Lou McDonald.

«C'est une message très clair aux deux partis traditionnels de l'establishment, leur domination est terminée, les gens veulent une autre politique», a-t-elle lancé, combative. Le Fianna Fail comme le Fine Gael avaient jusqu'ici exclu de former une coalition avec le Sinn Fein, en raison de ses liens avec l'IRA.

Leo Varadkar a réaffirmé sa position, mais le chef du Fianna Fail, Micheal Martin, a semblé assouplir la sienne. Tout en soulignant qu'il y avait une «incompatibilité» politique sur certains sujets avec le Sinn Fein, il a refusé devant la presse de répéter son opposition à une alliance. Les négociations pour former un gouvernement de coalition pourraient prendre des semaines voire des mois. Après les dernières élections, en 2016, il avait fallu plus de deux mois pour qu'un gouvernement soit formé.

ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.