Passer au contenu principal

La sénatrice américaine Kamala Harris se lance

La démocrate californienne Kamala Harris a annoncé lundi sa candidature à la Maison Blanche.

Kamala Harris à Washington le 21 janvier 2019.
Kamala Harris à Washington le 21 janvier 2019.
AFP

La sénatrice américaine, Kamala Harris, a annoncé lundi sa candidature à l'élection présidentielle de 2020, rejoignant le groupe croissant des prétendants démocrates souhaitant empêcher Donald Trump d'accéder à un second mandat. Cinq candidats sont désormais en lice.

«Le futur de notre pays dépend de vous et de millions d'autres personnes élevant nos voix pour défendre les valeurs américaines», a-t-elle déclaré dans une vidéo postée sur Twitter. «C'est pourquoi je suis candidate pour devenir présidente des Etats-Unis.»

La sénatrice de 54 ans a choisi un jour férié aux Etats-Unis, célébrant l'anniversaire de la naissance de Martin Luther King, pour faire cette annonce. Tout un symbole pour cette fille d'immigrés dont les parents ont participé au mouvement des droits civiques.

Si elle arrive à ses fins, au terme d'un long chemin semé d'embûches au cours duquel elle devra notamment remporter les primaires démocrates, elle serait la première femme présidente des Etats-Unis, mais aussi la première Noire.

«Complètement irresponsable»

Lundi après-midi, elle s'est adressée à la presse depuis l'université Howard à Washington, en attaquant notamment Donald Trump qui «retient les Américains en otage pour un projet orgueilleux qu'il appelle un mur». Les administrations américaines sont partiellement paralysées depuis 31 jours, le «shutdown» affectant quelque 800'000 fonctionnaires mis au chômage technique ou devant travailler sans être payés.

«C'est complètement irresponsable et ces gens ne veulent pas un mur. Ils veulent leur salaire», a-t-elle déclaré. Notre «économie ne fonctionne pas pour les gens qui travaillent», a par ailleurs déploré sur ABC celle qui souhaite défendre les classes moyennes. «J'ai rencontré tellement de personnes qui ont deux ou trois emplois pour payer leurs factures.»

A 22 mois des élections présidentielles, plusieurs candidats sont déjà en lice du côté démocrate. La sénatrice Elizabeth Warren, féroce critique de Donald Trump et pourfendeuse de Wall Street, s'est lancée à la fin décembre.

L'ancien maire de San Antonio et ex-ministre de Barack Obama, Julian Castro, la sénatrice Kirsten Gillibrand, pilier du mouvement MeToo, ou encore une jeune élue du congrès et ex-militaire, Tulsi Gabbard, l'ont suivi. D'autres personnalités sont pressenties.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.