Passer au contenu principal

Etats-UnisAu Sénat, Trump soutient un candidat accusé

Le président américain a expliqué que l'élection d'un républicain, même accusé d'attouchements, est préférable à la perte d'un précieux siège.

Le sénateur démocrate Al Franken est accusé d'avoir embrassé de force une femme en 2006.
Le sénateur démocrate Al Franken est accusé d'avoir embrassé de force une femme en 2006.
AFP

Le président américain Donald Trump soutient le candidat au Sénat Roy Moore, accusé d'attouchements. Il ne fera toutefois pas campagne pour lui, a annoncé lundi la Maison-Blanche dans un contexte de réforme au congrès contre le harcèlement sexuel.

Le milliardaire new-yorkais a donc choisi une voie médiane pour l'élection sénatoriale partielle du 12 décembre dans l'Alabama. Le candidat républicain officiel, l'ancien magistrat ultra-conservateur Roy Moore, a été lâché par son parti, mais refuse de se désister.

Donald Trump a clairement dit que l'élection d'un républicain était préférable à la perte d'un précieux siège pour la majorité du Sénat, actuellement de 52 membres sur 100.

Mineures agressées

Roy Moore est accusé d'attouchements et de comportement déplacé avec des mineures à partir de la fin des années 1970 dans l'Alabama, alors qu'il était trentenaire. Il ne conteste pas avoir fréquenté des adolescentes, mais nie toute agression sexuelle.

Les sénateurs de la majorité, dont plusieurs joueront leur siège aux législatives de novembre 2018, craignent de s'associer au personnage et ont pris leurs distances. Beaucoup disent en substance qu'ils préféreraient perdre le siège républicain plutôt que voir Roy Moore rejoindre leurs rangs.

«Je veux être du bon côté de l'histoire dans cette affaire», a déclaré le sénateur Tim Scott sur ABC. Ivanka Trump, la fille du président, a elle-même déclaré que «les prédateurs d'enfants ont leur place réservée en enfer».

Dans les sondages, le démocrate, Doug Jones, est remonté. L'issue de l'élection est devenue incertaine, mais une large partie des électeurs conservateurs reste fidèle à l'ancien magistrat, héraut de la droite religieuse.

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.