Santiago Abascal fait revivre l'extrême droite

EspagneAvec son parti Vox, Santiago Abascal a ressuscité un parti marginal depuis la fin de la dictature franquiste en Espagne.

Santiago Abascal s'adresse à ses partisans le 28 avril 2019.

Santiago Abascal s'adresse à ses partisans le 28 avril 2019. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

En pourfendant les «traîtres à l'Espagne» et la «droite lâche», Santiago Abascal est parvenu, avec son parti Vox, à ressusciter une extrême droite marginale depuis la fin de la dictature franquiste en 1975. «Bienvenue dans la résistance !», a lancé devant ses sympathisants ce quadragénaire barbu au regard perçant, habitué à se mettre en scène sur Instagram dans des poses viriles.

Vox, qu'il a fondé il y a cinq ans avec des déçus d'un Parti populaire (PP) accusé d'avoir «trahi (leurs) valeurs et (leurs) idées», est devenu dimanche la cinquième force politique en Espagne à l'issue d'élections législatives anticipées remportées par les socialistes.

Avec 10% des voix, ce parti obtient après le dépouillement de près de 98% des bulletins de vote 24 des 350 sièges de la chambre des députés, qui n'avait jusqu'ici accueilli qu'un seul député d'extrême droite en quarante ans de démocratie. «24 députés au parlement représenteront la fierté d'être espagnol», a déclaré Santiago Abascal.

Un premier succès aux régionales

Depuis son premier succès aux régionales d'Andalousie (sud) en décembre avec près de 11% des voix, Vox a occupé le terrain médiatique et les réseaux sociaux en Espagne, suscitant tollé sur tollé avec ses propositions ultraconservatrices.

Interdiction des partis séparatistes, abrogation de la loi contre les violences sexistes... et défense de la famille traditionnelle, quand bien même les quatre enfants de Santiago Abascal sont issus de deux mariages différents. En meeting, les foules se sont pressées pour l'écouter fustiger une «dictature gauchiste» et les «ennemis de l'Espagne» que sont pour lui les nationalistes catalans et basques.

Menacé par l'ETA

Elevé à Amurrio, un village basque dont son grand-père fut maire pendant la dictature de Franco, Santiago Abascal, 43 ans, raconte volontiers que son père, conseiller municipal PP, a échappé à trois tentatives d'assassinat par les séparatistes de l'ETA.

Encarté dès 18 ans au parti conservateur, il devait lui aussi toujours sortir accompagné de deux gardes du corps dans cette région du nord où les élus PP ou socialistes étaient des cibles du groupe armé qui s'est dissous l'an dernier.

«Son expérience politique au Pays basque, les années à être menacé, ont certainement marqué ses idées. Mais il est évident que tous les gens menacés par l'ETA n'ont pas connu cette radicalisation. Je suppose que la tradition idéologique de sa famille a aussi joué un rôle», a déclaré à l'AFP Beatriz Acha, politologue à l'Université publique de Navarre.

L'homme au pistolet

Héritage de cette époque, il ne cache pas encore posséder un Smith & Wesson, fait rare dans un pays à la législation très restrictive sur le port d'armes qu'il entend d'ailleurs assouplir.

Outre la pluie de critiques sur ses idées, ses détracteurs lui rappellent son passé de dirigeant -très bien rémunéré- d'agences et de fondations publiques lorsqu'il était au PP. Des organismes dont il a reconnu lui-même a posteriori «l'inutilité».

«Santiago Abascal vit depuis toujours des fonds publics», dénonçait en janvier Irene Montero, le numéro deux du parti de gauche radicale Podemos. Une façon de critiquer son programme économique prévoyant de fortement réduire les dépenses publiques, dans la lignée de l'ex-chef du gouvernement PP (1996-2004) José Maria Aznar, partisan d'une ligne libérale et conservatrice décomplexée, et qu'il ne critique jamais.

M. Aznar, qui le qualifiait en octobre dernier de «garçon plein de qualités», a depuis haussé le ton, lui lançant : «Moi, personne ne me parle d'une droite lâche en me regardant dans les yeux !» (afp/nxp)

Créé: 29.04.2019, 00h19

Articles en relation

La victoire socialiste ternie par l’irruption de l’extrême droite

Législatives en Espagne Arrivé en tête sans atteindre la majorité absolue, le PSOE devra composer des alliances. Vox fait sont entrée au parlement. Plus...

Le PS vainqueur, montée de l'extrême droite

Espagne Le parti du premier ministre sortant est victorieux des élections espagnoles de dimanche. L'extrême droite a gagné du terrain. Plus...

Élections en Espagne: cinq choses à savoir

Madrid Des élections législatives anticipées ont lieu ce dimanche en Espagne. Entre la montée de l'extrême droite et les risques d'instabilités, rapide tour d’horizon de la situation. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.