Les Sackler ont transféré de l'argent en Suisse

Crise des opiacésLa riche famille au coeur de la crise des opiacés aux Etats-Unis aurait transféré un milliard de dollars en Suisse.

Des manifestants dénoncent les agissements de la famille Sackler devant la pyramide du Louvre à Paris le 1er juillet 2019.

Des manifestants dénoncent les agissements de la famille Sackler devant la pyramide du Louvre à Paris le 1er juillet 2019. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La famille Sackler, dont le groupe Purdue Pharma est au coeur de la crise américaine des opiacés, essaie de dissimuler l'étendue de sa fortune, a affirmé la procureure de l'Etat de New York. Elle aurait notamment transféré un milliard de dollars en Suisse.

Ces transferts ont été révélés dans le cadre d'une enquête contre Purdue Pharma et des membres de la famille Sackler menée par la procureure Letitia James. Cette dernière a sommé en août une trentaine d'institutions financières ayant fait des affaires avec les Sackler de lui fournir des informations, pour arriver à évaluer leurs avoirs.

Ces documents «montrent des transferts d'argent d'environ 1 milliard de dollars (environ la même somme en francs) entre les Sackler, des entités qu'ils contrôlent et de diverses institutions financières dont certaines ont transféré des fonds dans des comptes suisses», a déclaré Letitia James dans un communiqué diffusé vendredi.

Banque pas mentionnée

La procureure, qui confirmait ainsi des informations du «New York Times», n'a pas donné le nom de la firme helvétique. Mais elle a souligné ne pas avoir encore obtenu tous les documents réclamés. Le magazine Forbes estime la fortune de la famille Sackler à quelque 13 milliards de dollars, un montant qu'elle réfute.

De nombreux Etats américains, dont New York, le Massachusetts, le Connecticut, la Pennsylvanie ou encore la Caroline du Nord affirment que leur fortune est plus importante et qu'elle est partiellement dissimulée dans des comptes bancaires en dehors des Etats-Unis.

Forts de ce sentiment, ils s'opposent à un projet d'accord à l'amiable trouvé mercredi entre une vingtaine d'Etats américains et des milliers de collectivités locales, d'une part, et Purdue Pharma et les Sackler d'autre part, afin d'éviter un vaste procès prévu dans l'Ohio fin octobre.

Crise des opiacés

Purdue Pharma commercialise notamment l'OxyContin, un antidouleur accusé d'être au coeur de la crise des opiacés, qui ont causé 47'000 morts par overdose aux Etats-Unis en 2017.

«L'étendue des souffrances, des morts et la destruction causées par Purdue et les Sackler dépassent largement tout ce qu'ils proposent jusqu'ici», a notamment déclaré à l'AFP William Tong, procureur général du Connecticut, l'Etat où siège Purdue.

Purdue Pharma serait prêt à s'engager à verser entre 10 et 12 milliards de dollars pour dédommager les plaignants et éviter ce procès, dont 2 à 3 milliards versés directement par les Sackler, selon des avocats des plaignants. (ats/nxp)

Créé: 14.09.2019, 01h05

Articles en relation

Purdue Pharma prêt à payer 10 à 12 milliards

Crise des opiacés Le groupe pharmaceutique américain, qui fabrique l'opiacé OxyContin, est prêt à payer 10 à 12 milliards de dollars pour mettre fin à ses ennuis en justice. Plus...

Un labo condamné à payer 572 millions de dollars

Etats-Unis Le laboratoire américain Johnson & Johnson a été condamné lundi à verser 572 millions de dollars à l'Oklahoma pour sa responsabilité dans la crise des opiacés. Plus...

Crise des opiacés: l'espérance de vie stagne

Canada L'espérance de vie a cessé de progresser pour la première fois en 40 ans au Canada à cause de la crise des opioïdes. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Coronavirus et enseignement à la maison
Plus...