Russie, Turquie, France et Allemagne réunis à Istanbul

Conflit syrienSur invitation du président turc, un sommet sur la question syrienne et réunissant plusieurs puissances mondiales s'est ouvert samedi en Turquie.

Les derniers développements concernant la province d'Idlib, dernier bastion de la rébellion, sont à l'ordre du jour.

Les derniers développements concernant la province d'Idlib, dernier bastion de la rébellion, sont à l'ordre du jour. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un sommet Russie-Turquie-France-Allemagne visant à consolider une trêve dans le nord-ouest de la Syrie et progresser vers une solution politique s'est ouvert samedi à Istanbul. «Les yeux de la Syrie et du monde sont sur nous aujourd'hui», a déclaré le président turc.

Avant l'ouverture du sommet, des entretiens bilatéraux avaient déjà eu lieu. Le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu a rencontré son homologue russe Sergueï Lavrov. Peu après, Vladimir Poutine et Emmanuel Macron se sont entretenus par téléphone.

Aucun détail n'a filtré sur l'entretien turco-russe. Le président français et son homologue russe ont discuté de l'organisation d'une rencontre russo-américaine à Paris. Donald Trump et Vladimir Poutine devraient assister aux cérémonies du 11 novembre en France.

Sommet inédit

Les derniers développements concernant la province d'Idlib, dans le nord-ouest de la Syrie, dernier bastion de la rébellion sont à l'ordre du jour, ainsi que le processus politique en vue d'un règlement du conflit.

Le contexte est difficile et les divergences sont importantes entre les principaux acteurs du conflit, qui a fait plus de 400'000 morts en sept ans. La France souhaite que les quatre dirigeants expriment la nécessité que l'Onu acte la formation d'un comité constitutionnel, composé pour un tiers de représentants du régime, un tiers d'opposants et un tiers d'indépendants, et d'organiser une réunion de ce comité d'ici la fin de l'année.

La Russie, qui soutient diplomatiquement et militairement le régime syrien de Bachar al Assad, veut également évoquer les questions du retour des réfugiés et de la reconstruction des infrastructures en Syrie.

Au point mort

Le processus de paix est au point mort, et l'annonce de la démission de Staffan de Mistura de son poste d'émissaire des Nations unies pour la Syrie, effective le mois prochain, en est un symbole supplémentaire. Le diplomate italo-suédois avait été nommé en juillet 2014 avec l'objectif de faciliter des pourparlers et «promouvoir une solution pacifique à la crise syrienne».

Ses deux prédécesseurs, l'Algérien Lakhdar Brahimi et, avant lui, l'ancien secrétaire général des Nations unies, Kofi Annan, mort cet été, avaient eux aussi choisi de démissionner après avoir constaté l'échec de leurs initiatives et les blocages des puissances mondiales sur la question syrienne. (ats/nxp)

Créé: 27.10.2018, 16h03

Articles en relation

Sommet à Istanbul sur le conflit en Syrie

Turquie Macron, Merkel, Poutine et Erdogan se pencheront sur la crise en Syrie à l'occasion d'un sommet le 27 octobre à Istanbul. Plus...

La solution de paix de l'ONU rejetée par Damas

Syrie L'organisme international proposait la formation d'un comité créateur d'une nouvelle constitution. Le gouvernement a refusé. Plus...

Idleb: les djihadistes ne désarment pas

Syrie Les djihadistes de la province d'Idleb refusent de se retirer malgré la date-limite prévue pour leur départ par le plan russo-turc. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Conseil fédéral contre l'interdiction totale de la pub pour le tabac
Plus...