Passer au contenu principal

La Russie poursuivra son aide humanitaire

La Russie a promis d'envoyer du blé et des médicaments au Venezuela, tout en dénonçant l'ingérence des pays occidentaux.

Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov s'est entretenu avec la vice-présidente vénézuélienne Delcy Rodriguez.
Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov s'est entretenu avec la vice-présidente vénézuélienne Delcy Rodriguez.
Keystone

La Russie a promis vendredi de poursuivre son aide humanitaire «légitime» au Venezuela. Elle a dénoncé «un assaut frontal et une ingérence sans vergogne» de plusieurs pays occidentaux qui soutiennent le chef de l'opposition Juan Guaido.

«La Russie va continuer d'aider les autorités du Venezuela à résoudre les difficultés économiques et sociales, y compris par l'octroi d'aide humanitaire légitime», a déclaré le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov après un entretien avec la vice-présidente Delcy Rodriguez.

Sergueï Lavrov a assuré que la Russie a envoyé «un premier lot de 7,5 tonnes de médicaments» à destination du Venezuela. «Nous avons reçu une liste supplémentaire de médicaments que le gouvernement vénézuélien souhaiterait obtenir. Nous l'examinons, clarifions les détails et vérifions les détails logistiques», a-t-il ajouté.

Livraisons de blé

Le ministre des affaires étrangères a précisé que Moscou procédait à «des livraisons massives de blé» à destination du Venezuela «qui aident grandement le gouvernement vénézuélien à relever les défis humanitaires actuels».

Le Venezuela est confronté à la pire crise politique et économique de son histoire, marquée par l'hyperinflation et des pénuries de produits de première nécessité. L'opposant Juan Guaido avait promis de faire entrer l'aide humanitaire, mais son plan a échoué face à la résistance des forces loyales à M. Maduro, qui a dénoncé une tentative déguisée d'intervention militaire des Etats-Unis.

Sergueï Lavrov a jugé «inadmissible la politisation du sujet de l'aide humanitaire». Selon lui, cette question doit se régler «par les pratiques internationales et non servir de prétexte à une manipulation de l'opinion publique, à la mobilisation des forces antigouvernementales et pour justifier des desseins interventionnistes».

La semaine dernière, Moscou avait déjà accusé les Etats-Unis de se servir de l'aide humanitaire comme «prétexte pour une action militaire» visant à renverser Nicolas Maduro.

«Ingérence sans vergogne»

Avant l'entretien avec Mme Rodriguez, Sergueï Lavrov avait transmis «les voeux de soutien et de solidarité» du président Vladimir Poutine à Nicolas Maduro.

«Nous coopérons avec vous de manière très étroite et nous coordonnons nos actions dans l'arène internationale. Cela a une signification particulière au moment où le Venezuela est confronté à un assaut frontal et à une ingérence sans vergogne dans ses affaires internes», avait-il affirmé.

Juan Guaido s'est autoproclamé président par intérim le 23 janvier en invoquant la Constitution. Le président social-démocrate de l'Assemblée nationale vénézuélienne, contrôlée par l'opposition, a été reconnu président par intérim ou est soutenu par une cinquantaine de pays.

Mais le président sortant Nicolas Maduro, soutenu par ses alliés parmi lesquels la Russie, a dénoncé une tentative de coup d'Etat fomentée par Washington.

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.