Russie et Chine veulent des sanctions allégées

Corée du NordUn projet de texte sino-russe réclame un allègement des sanctions contre la Corée du Nord à l'ONU.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Chine a appelé mardi le Conseil de sécurité de l'ONU à soutenir une proposition sino-russe de réduction des sanctions visant la Corée du Nord, sous réserve que ce pays avance vers la dénucléarisation de la péninsule.

L'initiative intervient au moment où les discussions entre Washington et Pyongyang, relancées de manière spectaculaire en 2018, sont dans l'impasse depuis l'échec en février d'un sommet entre le locataire de la Maison Blanche et le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un.

«La péninsule est dans une période importante et sensible. L'urgence d'un règlement politique s'est encore accrue», a souligné mardi Geng Shuang, un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères. La communauté internationale doit «empêcher la péninsule de retomber dans les tensions et la confrontation», a-t-il plaidé lors d'une conférence de presse régulière pour justifier la proposition de son pays à l'ONU.

Sans détailler ce que devra faire Pyongyang pour obtenir un allègement des sanctions, le projet sino-russe réclame, pour améliorer le niveau de vie des Nord-Coréens, l'arrêt de plusieurs dispositions clés datant de 2016 et 2017.

Renvoi des travailleurs

Pour les auteurs du texte, l'ONU devrait ainsi abandonner les interdictions faites à ses pays membres d'importer des produits de la pêche et des textiles venant de Corée du Nord.

La Russie et la Chine réclament aussi la fin de la mesure, prise en 2017, qui impose aux Etats de l'ONU de renvoyer sous deux ans dans leur pays d'origine les travailleurs nord-coréens travaillant à l'étranger, source d'importants revenus pour le pouvoir nord-coréen. Les membres des Nations unies ont jusqu'à ce 22 décembre 2019 pour appliquer cette sanction.

«Nous espérons que le Conseil de sécurité donnera son appui de façon unanime à un règlement politique du problème de la péninsule» coréenne, a déclaré Geng Shuang.

Appel à la reprise du dialogue

Le porte-parole a également appelé à la reprise «au plus vite» du dialogue entre Washington et Pyongyang afin de l'empêcher de «dérailler», et encouragé les deux pays «à chacun respecter les préoccupations de l'autre».

Les États-Unis exigent que la Corée du Nord renonce d'emblée à tout son arsenal atomique, alors que cette dernière réclame une levée rapide d'au moins une partie des sanctions internationales qui étranglent son économie.

Pyongyang a plusieurs fois répété qu'il ne renoncerait pas à ses missiles nucléaires - force de dissuasion contre une attaque - sans garantie sur sa sécurité nationale.

Poussettes, cuillères...

Le texte est accompagné de trois pages d'annexes listant des produits qui ne devraient plus être concernés par des sanctions contre Pyongyang: parmi eux figurent des bulldozers, des petits tracteurs, des radiateurs, de nombreux objets en métal allant des ciseaux aux petites cuillères et autres fourchettes, des machines à laver la vaisselle et le linge, des aspirateurs, des vélos, des poussettes d'enfants, des extincteurs...

Le texte, en se félicitant «du dialogue entre les États-Unis et la Corée du Nord à tous les niveaux» en faveur d'une nouvelle relation, appelle par ailleurs «à une reprise rapide des pourparlers à six» (Chine, les deux Corées, les États-Unis, la Russie et le Japon), lancés en 2003 mais dont Pyongyang s'est retiré en 2009.

L'avenir de ce projet de résolution reste incertain et aucune échéance pour une mise au vote n'a encore été avancée, selon des diplomates. À l'ONU, la rédaction des textes liés à la Corée du Nord est traditionnellement du ressort des États-Unis, et la démarche russo-chinoise est plutôt singulière à cet égard, note l'un d'eux.

Discussions dans l'impasse

Selon une source diplomatique, il est peu probable qu'un vote intervienne rapidement. La présidence du Conseil de sécurité, maître des travaux, est assurée en décembre par les États-Unis, auxquels succédera en janvier le Vietnam à l'occasion de son entrée dans l'instance pour deux ans comme membre non permanent.

Il faut enfin pour Moscou et Pékin s'assurer avant un vote d'avoir neuf voix en faveur de leur texte sur les 15 du Conseil de sécurité, ce qui est loin d'être acquis. Aucun veto d'un autre membre permanent (États-Unis, France, Royaume-Uni) ne doit par ailleurs intervenir. Or les Européens sont actuellement les partisans les plus ardents d'un maintien des sanctions.

Pyongyang a fait ces dernières semaines une série de déclarations véhémentes et fixé à Washington un ultimatum pour la fin 2019, lui promettant, faute de progrès dans leurs discussions, un «cadeau de Noël». Le président américain Donald Trump a déclaré lundi qu'il serait «déçu si quelque chose était en préparation». (ats/nxp)

Créé: 18.12.2019, 05h16

Articles en relation

ONU: les sanctions contre Pyongyang à l'étude

Diplomatie Moscou et Pékin proposent au Conseil de sécurité de l'ONU un allègement de sanctions contre la Corée du Nord. Plus...

Exigences de Pyongyang «hostiles et malvenues»

Corée du Nord Les États-Unis rejettent l'ultimatum fixé par la Corée du Nord pour une levée rapide d'au moins une partie des sanctions internationales. Plus...

Pyongyang lance un nouveau «test crucial»

Corée du Nord Un nouveau tir de missile a eu lieu sur la base de lancement de Sohae, en Corée du Nord. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Mort de Moubarak
Plus...