Les «routes de la soie», menaces pour le climat

EnvironnementUn think tank chinois affirme que ce projet d'infrastructures mené par Pékin est une menace pour l'Accord de Paris sur le climat.

Xi Jinping, à Pékin, le 31 juillet dernier.

Xi Jinping, à Pékin, le 31 juillet dernier. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le projet chinois de «nouvelles routes de la soie», avec le développement d'un réseau gigantesque d'infrastructures dans plusieurs pays, pourrait mettre à mal les objectifs de l'Accord de Paris sur le climat. C'est un think tank chinois, le centre Tsinghua pour la finance et le développement, qui l'affirme lundi.

Pékin a lancé en 2013 le projet d'infrastructures des «Nouvelles routes de la soie», pour relier l'Asie, l'Europe et l'Afrique à la Chine, avec des ports, lignes ferroviaires, aéroports et parcs industriels. Certains projets, notamment des barrages et des centrales à charbon, sont accusés d'occasionner des dégâts à l'environnement.

Une analyse de l'empreinte carbone du développement des infrastructures dans les pays impliqués dans ces nouvelles routes de la soie conclut qu'il pourrait remettre en cause les objectifs de l'Accord de Paris de 2015 de maintenir la température moyenne mondiale nettement en dessous de 2°C par rapport aux niveaux pré-industriels. Selon le Tsinghua Center for Finance and Development, les 126 pays qui ont signé des accords de coopération avec la Chine représentent 28% des émissions de gaz à effet de serre au niveau mondial.

«Politique cohérente»

Il a modélisé les effets du développement de ports, de pipelines, de lignes ferroviaires et d'autoroutes dans 17 d'entre eux et en a déduit que certains pays, comme la Russie, l'Iran, l'Arabie Saoudite ou l'Indonésie devraient réduire leurs émissions de CO2 de 68% d'ici 2050 pour rester dans les clous de l'Accord de Paris.

«Nous avons un scénario 'business as usual' qui dit que si l'on continue sur la même voie, même si tous les autres pays à l'échelle du globe, dont les Etats-Unis, l'Europe, la Chine et l'Inde, se mettent sur la trajectoire des 2°C, cela va quand même exploser le budget carbone», indique Simon Zadek, du centre Tsinghua.

La Chine est le premier émetteur de CO2 et représente environ 30% des émissions à l'échelle planétaire. Pour Simon Zadek, la Chine doit mener une «politique cohérente» par rapport à la réduction des émissions de CO2, chez elle comme à l'étranger. Cette étude a été menée avec la société Vivid Economics and la fondation ClimateWorks. (ats/nxp)

Créé: 02.09.2019, 05h20

Articles en relation

Xi Jinping défend ses Routes de la soie

Chine Le président chinois et une quarantaine de dirigeants mondiaux sont réunis à Pékin pour un sommet sur les Nouvelles routes de la soie. Plus...

L'Italie intègre désormais les «routes de la soie»

Coopération Un texte signé samedi permet à l'Italie de faire partie d'un géant projet maritime et terrestre lancé par Pékin. Plus...

Le danger des «Nouvelles routes de la soie»

Chine Des chercheurs chinois avertissent que les routes commerciales développées par Pékin risquent d'accélérer ces invasions comme jamais auparavant. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Coronavirus et enseignement à la maison
Plus...