Passer au contenu principal

Sécurité routièreLa route tue autant que 7 crashs d'avions par jour

À Genève, l'émissaire de l'ONU sur la question a dressé un tableau inquiétant de la mortalité routière dans le monde, et appelle les pays à prendre des mesures.

Jean Todt a appelé à «changer» de système pour réduire le nombre de morts sur les routes.
Jean Todt a appelé à «changer» de système pour réduire le nombre de morts sur les routes.
AFP

Avec 3700 tués en moyenne, la mortalité routière mondiale représente chaque jour l'équivalent de sept crashs de gros avions de ligne, s'est alarmé vendredi à Genève le représentant spécial de l'Onu pour la sécurité routière Jean Todt.

Le nombre de morts sur les routes de la planète «est équivalent à sept jumbo jets se crashant chaque jour, sans aucun survivant», a déclaré cette figure du sport automobile à la presse, en rappelant qu'au total 1,35 million de personnes perdaient la vie chaque année dans des accidents de la circulation.

L'objectif mondial de réduire de 50% d'ici 2020 le nombre de victimes des routes «ne sera pas atteint», a-t-il ajouté. Jean Todt a annoncé qu'il appellera à un sommet des chefs d'Etat et de gouvernement à New York.

Lourd bilan

Parmi les Objectifs de développement durable (ODD) adoptés il y a cinq ans, l'un d'entre eux demandait de réduire de moitié le nombre de victimes. Certains pays ont réussi mais le nombre total dans le monde continue d'augmenter. Devant la presse, M. Todt a admis que malgré les efforts, «nous n'avons pas atteint les objectifs».

En 2018, selon des chiffres de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), 1,35 million de personnes sont décédées, dont 90% dans les pays en développement, et environ 50 millions de personnes ont été blessées. Soit 3700 tués chaque jour.

Dans les pays en développement, le coût atteint 2 à 5% du Produit intérieur brut (PIB), des centaines de millions de dollars, a précisé la secrétaire exécutive de la Commission économique de l'ONU pour l'Europe (CEE-ONU).

«Changer» de système

A quelques jours de la 3e réunion ministérielle mondiale sur la sécurité routière, en Suède, où plus de 100 pays seront représentés, Jean Todt a appelé à «changer» de système pour réduire de moitié le nombre de victimes d'ici 2030. «C'est possible», estime de son côté le directeur des maladies non transmissibles à l'OMS Etienne Krug.

Infrastructures routières, ceinture ou encore vitesse, le dispositif demande seulement une «volonté politique», mais aussi la contribution des populations, insiste Jean Todt.

«Les citoyens sont prêts à accepter de limiter certaines de leurs attitudes» s'ils comprennent que ces restrictions peuvent sauver des personnes, renchérit le responsable de l'OMS.

Jean Todt cible lui les Etats en développement. «Il n'y a pas d'éducation, il n'y a pas d'application des lois, les habitants ne font pas attention aux règles», dit-il. Et d'appeler les gouvernements à changer cette situation. Plus largement, il met en cause l'industrie automobile qui ne doit plus vendre de véhicules qui n'honorent pas des conditions minimales de sécurité. Une collaboration a été lancée sur cette question avec une organisation.

afp/ats

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.