Passer au contenu principal

Rivière rouge: un industriel reconnaît sa faute

Le premier producteur mondial de nickel a admis être à l'origine de l'accident qui a fait virer la rivière Doldykane au rouge.

L'entreprise affirme que l'accident n'a pas d'impact pour la santé des hommes.
L'entreprise affirme que l'accident n'a pas d'impact pour la santé des hommes.
DR

Le groupe minier russe Norilsk Nickel a finalement reconnu lundi que la couleur rouge vif prise la semaine dernière par une rivière du Grand Nord russe venait bien de l'une de ses usines mais a assuré que le phénomène ne présentait aucun danger pour l'environnement.

Les images aériennes spectaculaires du flot rouge de la rivière Doldykane traversant la toundra verte sur des kilomètres avaient poussé les autorités russes à ouvrir une enquête, avançant l'hypothèse d'une possible rupture d'un tuyau d'écoulement industriel.

Montré du doigt car possédant des usines dans la zone, près de la ville de Norilsk, le groupe russe Norilsk Nickel a d'abord nié toute fuite et diffusé des photos prouvant un retour à la normale.

Pas de danger

Lundi, le premier producteur mondial de nickel et palladium a expliqué dans un communiqué avoir identifié l'origine du phénomène.

Selon l'entreprise, dans le cadre de la modernisation de son usine métallurgique Nadejda, elle a procédé au nettoyage d'une canalisation avant son assemblage. A la fin de cette procédure, l'eau de nettoyage est restée stockée dans une retenue protégée par des digues.

Mais «le 5 septembre, à la suite de pluies anormalement abondantes (50% de la moyenne mensuelle en 24 heures), l'une des digues a débordé et l'eau s'est déversée dans la rivière Daldykane», a expliqué Norilsk.

«Malgré le bref changement de couleur de la rivière dû à des sels ferreux, l'incident ne présente aucune danger pour la population et la faune de la rivière», a ajouté le groupe, assurant prendre «toutes les mesures nécessaires pour déterminer les zones les plus polluées».

L'ONG Greenpeace avait dénoncé la semaine dernière «l'exemple même des coûts à payer pour l'industrialisation du Grand-Nord russe», affirmant que la rivière avait déjà pris cette couleur en juin à la suite d'un accident similaire.

(AFP)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.