Après les plus riches, le top 10 des plus pauvres

InégalitéParodiant le célèbre classement «Forbes», une ONG américaine dresse une liste des 100 plus démunis de la planète.

Photo d'illustration.

Photo d'illustration. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Difficile d’établir ce classement inédit, tant les «prétendants» sont nombreux. Tout le monde connaît Bill Gates, Warren Buffett ou Mark Zuckerberg. Mais que ceux qui ont déjà entendu parler de Khan Mangok, de Susan Awal, de Cunino Carlos Bugueño ou de Prem Bahadur Lama se lèvent… Pour sensibiliser l’opinion publique à l’extrême pauvreté, l’ONG américaine Fund for Peace, appuyée par l’agence Havas Sydney, a pris le contre-pied des classements des plus grosses fortunes mondiales en dévoilant le visage de 100 personnes parmi les plus démunies de notre planète.

Vivre sans le sous

The Bottom 100 (les 100 plus bas) présente le parcours singulier d’individus ou de familles originaires d’Afrique, du Moyen-Orient, d’Asie et d’Amérique latine. Ils sont réfugiés, sans-abri, paysans, nettoyeurs, ouvriers. Leur point commun? Vivre avec un revenu de misère. Une photo prise sur fond bleu – un simple tissu, une bâche, une toile de tente – et une courte biographie accompagnent chaque profil, comme celui de Subha Sugendran, 2e de ce classement. Enceinte après avoir été violée à l’âge de 14 ans par son père, cette Malaisienne a dû faire adopter son enfant, avant d’être placée en famille d’accueil. Maltraitée, à nouveau abusée, elle a été obligée de fuir son nouveau foyer. En dehors de quelques vêtements, l’adolescente n’a plus rien. Elle vend des sodas pour acheter un peu de nourriture et dort dans l’entrée de la mosquée d’un village pour plus de sécurité. Son rêve dans la vie? Avoir des enfants et pouvoir un jour les regarder jouer sous la pluie.

Au 15e rang, on découvre le trajet de vie de Jeanette Johari. Tombée enceinte suite au viol qu’elle a subi à l’âge de 16 ans, elle a été chassée de son village au Congo. Depuis, elle a trouvé refuge dans un camp où elle travaille comme nurse pour un dollar par jour. La jeune femme, qui n’a pas été à l’école, se bat pour arriver à sortir de ce camp afin de s’installer quelque part avec sa fille.

Cannettes contre nourriture

Quelques places plus loin, on est interpellé par le destin de Sunshila, dont le mari a disparu après avoir sombré dans la drogue. Partie à New Delhi pour tenter de le retrouver, cette femme a été dépouillée du peu qu’elle avait. Condamnée à vivre dans la rue, elle collecte des canettes d’aluminium et des bouteilles qu’elle ramène au centre de recyclage en échange de quelques roupies ou de nourriture. Sunshila survit avec le secret espoir de retrouver son homme au détour d’une ruelle de la capitale indienne.

L’histoire de Prem Bahadur Lama est située à la 57e place. Cela fait quarante-cinq ans que ce Népalais travaille dix heures par jour dans une carrière à remonter des paniers de pierres pesant plus de 70 kilos, pour 5 dollars par jour. Il vit dans le bidonville de Pokhara, avec sa femme et ses trois enfants. Prem Bahadur Lama ne possède que quelques casseroles et ses vêtements. Il espère pouvoir continuer à payer l’école de ses enfants, qui pourront peut-être l’aider un jour à ouvrir un magasin de biscuits.

Il y a aussi Patrick Muwonge, pourchassé en Ouganda parce qu’il est homosexuel, Ziarmal Wafa, condamné à fuir les persécutions des talibans en Afghanistan parce qu’il osait enseigner l’anglais, ou encore Elena Herrera Garcia, la Chilienne qui lave des bouteilles usagées 350 jours par an pour élever sa fille. Pas de réel classement donc, mais des histoires de vie recueillies pendant deux ans par des photographes et des journalistes, qui représentent celles de millions d’êtres humains vivant dans le plus grand dénuement.

(TDG)

Créé: 28.06.2017, 14h58

Articles en relation

Une convention pour lutter contre la pauvreté

Suisse En Suisse, quelque 530'000 personnes sont touchées par la précarité et 13,5% de la population est menacée d'y tomber. Plus...

La Genève qui souffre montre un peu de son visage

Précarité Alors qu’il faudra 100 millions de plus en 2017 pour couvrir le coût des aides sociales, un rapport fait le point sur la pauvreté à Genève. Plus...

Plus de 2,2 milliards de personnes sont pauvres

Inégalités Selon l'ONU, la pauvreté touche plus de 2,2 milliards de personnes dans le monde. Les crises économiques et les catastrophes naturelles devraient aggraver la situation. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Ignazio bat Maudet
Plus...