Passer au contenu principal

Le retour forcé des exilés kosovars au pays

Des rumeurs ont amené des milliers de personnes à partir. Les premiers retours contraints sont douloureux. Reportage

Nedjmedin a été expulsé de force vers sa terre natale. ALBERTO CAMPI
Nedjmedin a été expulsé de force vers sa terre natale. ALBERTO CAMPI

Nedjmedin n’aurait pas voulu revenir. Ici, à Plemetina, dans cette bourgade pauvre de la banlieue de Pristina, personne ne travaille, ou presque. Mais débouté de sa demande d’asile en Allemagne, Nedjmedin a été expulsé de force vers sa terre natale. «Je n’avais pas de travail au Kosovo. D’ici, nous voyons bien les différences d’aides sociales: au Kosovo, c’est 100 euros, en Europe dix fois plus, tu fais vite le calcul pour avoir de meilleures conditions de vie», explique ce jeune père de famille rom. «J’essayerai encore de partir pour l’Allemagne. Je dois le faire pour le futur de mes enfants.»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.