Passer au contenu principal

YémenLes rebelles se retirent du palais présidentiel à Aden

Les rebelles chiites et leurs alliés se sont retirés vendredi avant l'aube du palais présidentiel à Aden, dans le sud du Yémen. Ils subissaient des raids aériens lancés par la coalition arabe menée par l'Arabie saoudite.

Le Yémen a sombré dans la guerre, (Jeudi 2 avril 2015)
Le Yémen a sombré dans la guerre, (Jeudi 2 avril 2015)
AFP

«Les miliciens Houthis et leurs alliés se sont retirés avant l'aube du palais Al-Maachiq», pris la veille, «après des raids aériens de la coalition et de violents affrontements avec les comités populaires», a déclaré le responsable, qui a requis l'anonymat.

Après la prise du palais, dernier symbole de l'Etat qui n'était pas aux mains des Houthis, les comités populaires, une force paramilitaire qui soutient le président Abd Rabbo Mansour Hadi, ont été engagés dans de violents combats avec les rebelles, selon des sources de sécurité.

Sous la pression de la coalition et des paramilitaires, les rebelles et leurs alliés, des militaires de la Garde républicaine restés fidèles à l'ex-président Ali Abdallah Saleh, se sont redéployés à Khor Maksar, un quartier proche dont ils avaient pris le contrôle cette semaine.

Une source de sécurité a confirmé le retrait des rebelles du palais présidentiel, annoncé par ailleurs par l'agence officielle saoudienne SPA qui a indiqué que les forces pro-Hadi «ont réussi à repousser» les rebelles du complexe.

«Djihad contre les chiites»

Par ailleurs, des combattants d'Al-Qaïda dans la Péninsule arabique (Aqpa) contrôlaient partiellement vendredi Moukalla, chef-lieu d'une province du sud-est du Yémen, au lendemain de leur assaut contre une prison de cette ville et la libération de plus de 300 détenus, selon un responsable et des habitants.

Des sites sensibles, dont des camps de l'armée, l'aéroport et le port, situés dans l'est de la ville, «sont encore sous le contrôle des forces gouvernementales», a déclaré le responsable local.

Après leur entrée dans la ville, des membres d'Aqpa ont lancé depuis des mosquées des appels «au djihad contre les chiites».

(ats)

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.