Un rapport confirme l'usage de sarin en Syrie

ExpertiseL'Organisation internationale pour l'interdiction des armes chimiques confirme l'utilisation du sarin à Khan Cheikhoun en avril.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les experts de l'Organisation internationale pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) confirment dans un rapport que du gaz sarin a bien été utilisé le 4 avril en Syrie. Washington avait riposté à l'attaque en tirant 59 missiles Tomahawk sur une base syrienne.

La mission d'enquête de l'organisation a conclu qu'«un grand nombre de personnes, dont certaines sont mortes, ont été exposées au sarin ou à un produit de type sarin», a-t-elle écrit dans le rapport confidentiel, dont l'AFP a obtenu des extraits.

Le rapport va maintenant servir de base à une commission conjointe entre l'ONU et l'OIAC, qui devrait dire si les forces du régime syrien sont responsables de ce bombardement chimique sur la localité de Khan Cheikhoun le 4 avril dernier.

L'attaque avait fait 87 morts, dont de nombreux enfants. Elle avait été attribuée par les Occidentaux au régime du président syrien Bachar el-Assad. Ce dernier, soutenu par son allié russe, avait démenti en être à l'origine.

Certitude

Selon la mission de l'OIAC, l'endroit d'où provenait le gaz mortel conserve la trace d'un cratère. Les caractéristiques de la propagation du gaz «ne peuvent correspondre qu'à l'usage de sarin comme arme chimique», note-t-elle.

En riposte à cette attaque chimique, le président américain Donald Trump avait lancé une attaque de missiles Tomahawk dans la nuit du 6 au 7 avril sur la base syrienne d'al-Chayraate.

La commission conjointe de l'ONU et de l'OIAC avait déjà conclu que les forces du régime syrien avaient mené des attaques au chlore en 2014 et 2015. Elle avait aussi estimé que l'Etat islamique avait utilisé du gaz moutarde en 2015.

Donald Trump a mis en garde lundi le régime de Bachar el-Assad contre toute nouvelle utilisation de gaz dans la guerre qui déchire le pays. L'avertissement a été «pris au sérieux», a assuré jeudi son ministre de la défense James Mattis. (ats/nxp)

Créé: 30.06.2017, 02h34

Galerie photo

Syrie: de la guerre totale aux négociations de paix (janvier-mai 2017)

Syrie: de la guerre totale aux négociations de paix (janvier-mai 2017) Plus de six ans de guerre ont fait plus d'un demi-million de morts et cinq à six millions de déplacés. Les négociations de paix patinent.

Articles en relation

Selon Paris, Damas a «sciemment utilisé l’arme chimique» à Khan Cheikhoun

Syrie Le sarin employé dans le raid qui a tué 87 civils au début d’avril provient bien de l’arsenal chimique du régime syrien. Plus...

Utilisation «irréfutable» de gaz sarin en Syrie

Attaque chimique Des tests ont prouvé que l'attaque chimique du 4 avril qui a fait 87 morts est due à du gaz sarin. Paris, de son côté, va prouver que le régime de Damas est derrière cette frappe. Plus...

Des traces de gaz sarin trouvées en Syrie

Armes chimiques Des inspecteurs de l'OIAC ont trouvé de «traces de précurseurs de VX et de sarin sur un site» en Syrie. Plus...

Des djihadistes prennent une usine d'armes chimiques

Irak Les islamistes irakiens ont pris le contrôle du complexe d'Al Muthanna, une ancienne fabrique d'armes chimiques datant du régime de Saddam Hussein. Plus...

Armes chimiques: les USA auraient manipulé les infos

Syrie Les Etats-Unis savaient que les jihadistes du Front Al-Nosra sont capables de produire du gaz sarin mais ont ignoré ces renseignements pour mieux accuser le régime syrien dans l'attaque chimique du 21 août, dénonce un journaliste américain. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Coronavirus et enseignement à la maison
Plus...