Un rappel au droit dans les territoires palestiniens

GenèveLa conférence des Etats parties à la IVe Convention de Genève s’est tenue loin des projecteurs pour ne pas sortir de ses prérogatives.

Image: EPA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La conférence des Etats parties à la IVe Convention de Genève consacrée aux territoires palestiniens qui s’est tenue aujourd'hui dans la Cité de Calvin n’aura pas duré plus de deux heures. Les participants ont adopté par consensus une déclaration commune en dix points qui reprend les termes du texte déjà adopté en 2001.

La nouvelle mouture fait référence à l’édification du mur dans les territoires occupés. D’autres griefs, tels que «le blocus de Gaza» et «le caractère illégal» des colonies, sont mentionnés. Mais la déclaration se veut un rappel au droit adressé à toutes les parties au conflit.

Pas un tribunal

Pour donner un caractère équilibré au texte, ses rédacteurs ont listé sept exemples de violations du droit humanitaire international qui renvoient dos à dos Israéliens et Palestiniens. Parmi ceux-ci: «Les attaques indiscriminées (…), les attaques disproportionnées (…), la localisation d’objectifs militaires à proximité de personnes civiles (…), l’utilisation de personnes civiles comme bouclier humain (…).» Cent vingt-six Etats ont adopté le texte.

Pour l’ambassadeur Paul Fivat, chargé d’organiser la consultation préalable à la tenue de cette conférence, l’ampleur du vote permet de balayer les critiques et notamment celles formulées par Israël, accusant la Suisse d’être sortie de sa neutralité et de s’être laissé manipuler par les pays de l’Organisation de la conférence islamique (OCI). «Il ne s’agissait pas de condamner ou d’accuser une partie mais de réaffirmer la prééminence du droit humanitaire international», a rappelé le diplomate suisse lors d’un point presse organisé après l’adoption du texte. En réalité, tout a été fait pour que la conférence ne se transforme pas en tribunal. Le choix de l’endroit, une petite salle de réunion de l’Organisation météorologique mondiale (OMM) plutôt qu’une grande salle de conférences du Palais des Nations, ne doit rien au hasard. Il s’agissait de contraindre chaque délégation à venir en petit nombre pour éviter les incidents et une théâtralisation des débats. C’est aussi la raison pour laquelle les médias ont été tenus à l’écart.

Certains pays avaient conditionné leur vote au respect de cette neutralité médiatique. «Notre pays a joué les facilitateurs», a expliqué l’ambassadeur Paul Fivat, visiblement satisfait et soulagé d’avoir mené cette consultation jusqu’au bout.

Télescopage d’agendas

La satisfaction suisse n’a cependant pas balayé les critiques. Cet après-midi, la mission des Etats-Unis a rappelé qu’elle ne cautionnait pas la démarche. A cause de son «caractère politique» amplifié par le télescopage des agendas. Alors que se tenait la conférence de Genève, le Parlement européen a affirmé son «soutien» à la reconnaissance d’un Etat palestinien. Cela quelques heures avant que l’Autorité palestinienne ne propose au Conseil de sécurité de l’ONU une résolution réclamant la fin de l’occupation israélienne. (TDG)

Créé: 17.12.2014, 19h01

Articles en relation

Israël en délicatesse avec la IVe Convention de Genève

Palestine Occupation, annexion, colonisation... L'Etat hébreu est accusé de violer au quotidien le droit international humanitaire. Plus...

«Tôt ou tard, Israël devra rendre des comptes»

Palestine Personnalité de renom, Mme Hanan Ashrawi s'est exprimée hier à Genève devant l'American International Club. Plus...

Les médias exclus du forum sur les territoires palestiniens

Genève internationale Genève accueille les Etats parties à la IVe Convention de Genève à propos de la protection des civils. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Ignazio bat Maudet
Plus...