L'AfD opte pour deux dirigeants de l'aile dure

AllemagneLe parti de droite populiste a choisi samedi ses leaders à Hanovre. L'événement a été marqué par des échauffourées.

Alexander Gauland et Jörg Meuthen ont été élus à la tête de l'AfD.

Alexander Gauland et Jörg Meuthen ont été élus à la tête de l'AfD. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Dans la douleur, l'extrême droite allemande s'est dotée samedi d'un duo dirigeant emprunté à l'aile nationaliste et décidé à capitaliser sur les déboires d'Angela Merkel. Ce choix a eu lieu lors d'un congrès cerné par plusieurs manifestations d'opposants.

Réunis à Hanovre (nord), les 600 délégués de l'Alternative pour l'Allemagne (AfD) ont reconduit Jörg Meuthen, 56 ans, seul leader depuis le départ fracassant de l'ex-figure de proue Frauke Petry, avant de lui adjoindre Alexander Gauland, 76 ans, patron du groupe parlementaire.

Auteur de propos controversés sur l'islam et le refus de la «repentance» allemande pour les crimes nazis, M. Gauland s'est déclaré à la dernière minute, à l'heure de départager deux autres candidats qui ont aussitôt jeté l'éponge. «Ce n'est pas ce que je cherchais», a-t-il assuré, «mais le destin en a décidé autrement et mes amis m'ont convaincu d'y aller».

Ce double choix entérine la droitisation du parti, mais ni Jörg Meuthen, avec 72% des voix, ni M. Gauland, à 68%, n'ont pleinement réconcilié radicaux et conservateurs modérés, alors qu'aucun n'avait d'opposant déclaré.

Leur but est désormais de «faire la chasse» à Angela Merkel, comme l'a promis M. Gauland, alors que la chancelière, après douze ans à la tête du pays, cherche désespérément à forger une majorité gouvernementale dans un paysage politique émietté.

«Bac à sable»

L'AfD a en effet rongé la base des autres partis lors des législatives du 24 septembre en entrant à la chambre des députés avec 12,6% des voix pour décrocher 92 représentants, du jamais vu depuis la Seconde Guerre mondiale pour une formation de ce type.

Affaiblie comme jamais après ce séisme politique, Mme Merkel a d'abord tenté de s'allier avec les Verts et les Libéraux, en vain, et elle s'efforce désormais de convaincre les sociaux-démocrates, ses partenaires de la coalition sortante.

Ces «pathétiques petits jeux de bac à sable» sont «bons pour nous» et «nous apportent plus de partisans», s'est réjoui Jörg Meuthen dans son discours d'ouverture.

Echauffourées

Signe de l'importance prise par l'AfD et des craintes qu'elle suscite, environ 8500 manifestants sont attendus sur l'ensemble du week-end à Hanovre, pour dénoncer notamment les positions anti-migrants de cette formation déjà présente dans 14 des 16 parlements régionaux.

Plusieurs centaines de personnes ont tenté samedi matin de bloquer l'accès au congrès, avant que la police, qui a mobilisé des milliers d'agents pour éviter tout débordement, ne fasse usage de canons à eau pour libérer la chaussée.

Ces échauffourées ont fait plusieurs blessés parmi les forces de l'ordre, dont un policier touché à la main par un jet de bouteille, alors qu'un manifestant qui s'était enchaîné à une barricade s'est cassé la jambe et a été hospitalisé, selon la police.

Crise des réfugiés

En milieu de journée, plus de 6000 manifestants ont déambulé dans le centre de Hanovre pour défendre la politique migratoire de Mme Merkel, qui s'est traduite par l'arrivée de plus d'un million de demandeurs d'asile depuis 2015.

Pour l'AfD, ressuscitée par la crise des réfugiés après une crise interne qui avait failli lui être fatale à l'été 2015, définir une ligne cohérente reste le principal enjeu des prochaines années.

L'aile radicale et la ligne conservatrice plus modérée se déchirent en effet depuis les origines du parti, au point de voir la coprésidente Frauke Petry claquer la porte au lendemain des législatives pour protester contre la dérive droitière.

Créée en 2013 sur une plateforme anti-euro, l'AfD n'a depuis cessé de se radicaliser, en surfant sur la crise des réfugiés et en pilonnant Angela Merkel, se présentant désormais comme seul parti à défendre «des politiques patriotes», selon Jörg Meuthen. (ats/nxp)

Créé: 02.12.2017, 14h31

Articles en relation

Le chef des sociaux-démocrates prêt à discuter

Allemagne Martin Schulz se déclare disposé à discuter avec les conservateurs d'Angela Merkel pour sortir le pays de l'impasse politique actuelle, Plus...

Merkel tente de rallier les sociaux-démocrates

Allemagne Depuis plus d'un mois, le pays est dirigé par un cabinet chargé d'expédier les affaires courantes. Et l'incertitude devrait durer jusqu'au printemps. Plus...

Merkel veut négocier avec les sociaux-démocrates

Allemagne La chancelière allemande a confirmé lundi la volonté de son camp de discuter «sérieusement» avec le SPD pour former un gouvernement. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Les grands partis désemparés
Plus...