Quatre choses à savoir sur le lobby américain des armes

Congrès annuel NRALa National Rifle Association tient son congrès annuel à Louisville vendredi. Ce lobby est le plus puissant des Etats-Unis

Donald Trump exprimait dans un livre paru en 2000 ses volontés d'interdire les armes de guerre, entre autres restrictions. Il a depuis complètement changé d'avis, le soutien de la NRA étant indispensable à la victoire républicaine.

Donald Trump exprimait dans un livre paru en 2000 ses volontés d'interdire les armes de guerre, entre autres restrictions. Il a depuis complètement changé d'avis, le soutien de la NRA étant indispensable à la victoire républicaine. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La NRA (National Riffle Association) attend à Louisville, vendredi, des dizaines de milliers d'Américains qui possèdent une arme et revendiquent, au nom du deuxième amendement de la constitution, le droit de détenir et de porter une arme. Lors de cette assemblée annuelle de la NRA, 750 marchands et fabricants d'armes auront leur stand sur place. Chaque année, les Américains paient très cher cet attachement qui puiserait ses sources dans l'histoire américaine, celle du Far West, de la guerre d'indépendance et de la guerre de secession. Il y a en effet chaque année 11 00o victimes d'homicide par arme à feu. On dénombrait l'an dernier plus de 360 fusillades, soit près d'un assaut par jour, faisant en moyenne au moins quatre blessés.

1. A l'origine, un club de tir

La National Rifle Association promeut depuis sa fondation, le bon usage des armes à feu. Mais au départ, peu après la guerre de sécession, elle n'est qu'un club d'officiers de l'Armée de l'Union soucieux de mieux former les soldats au maniement de leurs fusils. C'est devenu par la suite un club de tir. Depuis, la NRA revendique le titre de première association de défense "de droits civiques", s'opposant à toute interprétation restrictive du deuxième amendement de la constitution américaine. La NRA a été largement médiatisée alors que l'acteur Charlton Heston en assura la présidence entre 1998 et 2003. La NRA fut aussi la cible de critiques dans le film "Bowling for Columbine" de Michael Moore.

2. Un puissant lobby politique

Avec plus de quatre millions d'adhérents, 11 000 instructeurs et de riches et généreux donateurs, la NRA a les moyens de peser sur la politique américaine. Elle contribue largement au soutien financier de candidats qui promettent de ne pas renforcer le contrôle des armes à feu et de ne pas restreindre leur commerce. Le plus beau succès de ce lobby fut l'élection de Ronald Reagan à la présidence, le premier candidat à être ouvertement soutenu par la NRA. Mais on lui prête aussi la défaite d'Al Gore, le candidat démocrate opposé à George W Bush, qui a perdu l'élection sur le tapis vert. Le lobbying de la NRA se fait lors des campagnes électorales, dans les assemblées des Etats, comme au Congrès, à la Maison-Blanche, mais aussi dans les tribunaux. Elle est très efficace dans le cadre des conventions républicaines, si jamais le candidat n'a pas eu une position claire sur le port d'armes. S'opposer à la NRA n'est pas difficile dans les Etats du Nord-Est des Etats-Unis. En revanche dans des Etats comme la Virginie, la Louisiane et la Floride, c'est plus difficile.

3. Les fusillades font grimper l'achat d'armes à feu

Le bilan humain est lourd. Malgré les 11 000 homicides par armes à feu annuel et les quelque 350 fusillades par an, sans compter un coût financier de plus de 229 milliards de dollars par an, une législation sur des restrictions de vente et de port d'armes est bloquée par le Congrès américain. En janvier lors d'un discours historique de fin de mandat, où Barack Obama n'avait pu retenir ses larmes en évoquant la fusillade de l'école de Sandy Hook en décembre 2012, le président avait présenté les points d'une réforme par décrets destinée à passer l'obstacle du Congrès.

La NRA a aussitôt lancé une bataille juridique opposant la primeur de la constitution à la voie réglementaire présidentielle. Quant à Barack Obama, il est depuis longtemps une cible de la NRA. Le slogan de la NRA et son principal argument, c'est que "le seul moyen d'arrêter un méchant avec une arme, c'est un gentil avec une arme". Il semble entendu puisque les ventes d'armes aux Etats-Unis augmentent après les fusillades au lourd bilan.

4. Soutien à Donald Trump

Le candidat à la primaire républicaine, désormais seul en lice, Donald Trump est un des invités d'honneur de l'assemblée de Louisville, le 20 mai. La NRA ne file pourtant pas une parfaite histoire d'amour avec le millionnaire. En effet, dans un livre de 2000 intitulé "L'Amérique que nous méritons", Donald Trump s'était prononcé pour des restrictions sur les armes, à commencer par l'interdiction des armes de guerre et l'allongement du délai avant l'achat. Depuis, il a totalement changé d'opinion, s'alignant sur les élus républicains qu'il critiquait alors pour avoir suivi aveuglement la ligne de la NRA. Du coup, il est apparu en avril à Nashville à une convention de la NRA et sera donc un invité d'honneur de l'assemblée annuelle. (TDG)

Créé: 19.05.2016, 16h54

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La fin des soins pour Vincent Lambert
Plus...