Passer au contenu principal

«Le Qatar attend toujours un motif valable justifiant l’embargo qui lui est imposé»

Ali Al-Mansouri, ambassadeur à Genève, a déposé une plainte à l’ONU contre le blocus. Entretien.

L'ambassadeur du Qatar, Ali Al-Mansouri, à la Mission du Qatar à Genève.
L'ambassadeur du Qatar, Ali Al-Mansouri, à la Mission du Qatar à Genève.
Maurane Di Matteo

«Je suis ambassadeur du Qatar, mais ma mère est Emiratie, ma femme est Saoudienne. Et nous ne sommes de loin pas une exception! Alors vous imaginez bien que mes concitoyens sont sous le choc depuis le début du blocus imposé le 5 juin à notre pays. Ils n’arrivent pas à le croire: l’Arabie saoudite, c’était le grand frère, nous nous sentions en sécurité.» Ali Al-Mansouri est dépité. Dans ses bureaux à la Mission permanente du Qatar à Genève, le diplomate évoque les drames individuels vécus par 11 000 familles séparées suite au blocus décrété par l’Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, Bahreïn et l’Egypte. «L’un de mes amis qui est Qatari a été expulsé des Emirats arabes unis avec son bébé de 7 mois, mais sa femme n’a pas été autorisée à le suivre car elle est Emiratie! En Arabie saoudite, des malades qataris ont été expulsés alors qu’ils étaient hospitalisés! Nous avons porté plainte à Genève auprès du Conseil des droits de l’homme de l’ONU. Toutes les conventions ont été violées. Sans parler des règles de l’OMC!»

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.