Puigdemont pourrait diriger depuis la Belgique

Crise en catalogneCarles Puigdemont exercera, depuis son exil belge, son influence sur la catalogne via un organisme taillé sur mesure.

Les autorités catalanes ont présenté mardi le «Conseil de la République», une sorte de gouvernement parallèle qui sera présidé depuis la Belgique Carles Puigdemont.

Les autorités catalanes ont présenté mardi le «Conseil de la République», une sorte de gouvernement parallèle qui sera présidé depuis la Belgique Carles Puigdemont. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le gouvernement catalan de l'indépendantiste Quim Torra a présenté mardi à Barcelone le «Conseil de la République». Cette sorte de gouvernement parallèle sera présidé en Belgique par son prédécesseur et mentor Carles Puigdemont, qui tente de maintenir son influence.

Ce nouvel organisme sera une entité privée, dépourvue de statut officiel, afin d'éviter les problèmes avec la justice espagnole mais devra se coordonner avec le gouvernement régional à Barcelone. Il se donne pour mission d'avancer vers l'indépendance et de rechercher des soutiens à l'international.

«La République, plus libre et plus sûre»

«A ce conseil, il revient de construire la République de manière décomplexée, d'une manière plus libre et plus sûre, à l'abri des abus de l'Etat espagnol», a affirmé M. Puigdemont par vidéoconférence depuis la Belgique. Il a expliqué que le gouvernement de M. Torra se trouve limité par l'action de la justice espagnole.

Pendant cette présentation, au siège du gouvernement catalan à Barcelone, ni la composition ni le fonctionnement de ce «conseil de la république» n'ont été détaillés. Mais les indépendantistes ont expliqué qu'ils voulaient le compléter d'une sorte de parlement parallèle.

L'opposition anti-séparatiste a critiqué sévèrement cette initiative. «C'est une institution »fake«, des feux d'artifices pour donner l'impression qu'ils créent une république», a déclaré Carlos Carrizosa, chef du groupe parlementaire de la formation libérale Ciudadanos, premier parti en Catalogne.

Pas suivi

La «république catalane» proclamée le 27 octobre 2017 par les députés indépendantistes de la région est restée lettre morte, aucun pays ne l'a reconnue, et le gouvernement espagnol a aussitôt destitué M. Puigdemont et suspendu l'autonomie de la Catalogne.

Samedi, pour l'anniversaire de cette proclamation, MM. Puigdemont et Torra ont lancé un nouveau parti, La Crida (L'appel), tentant de rassembler toutes les formations séparatistes. Mais seul leur parti actuel, le PDeCAT, envisage de le rejoindre. Ils ont essuyé un refus net des deux autres partis indépendantistes, ERC (Gauche républicaine catalane) et CUP (gauche radicale).

M. Puigdemont était parti en secret pour Bruxelles en octobre 2017, peu avant le placement en détention provisoire de ses «ministres» restés en Espagne. Il est installé à Waterloo, commune aisée proche de Bruxelles où il reçoit régulièrement des dirigeants catalans. Il entreprend aussi des voyages dans d'autres pays d'Europe pour défendre son projet. (ats/nxp)

Créé: 30.10.2018, 22h23

Articles en relation

Un an après, Puigdemont revient à la charge

Espagne L'ancien président catalan Carles Puigdemont poursuivait son combat pour l'indépendance de la Catalogne, samedi. Plus...

Manuel Valls veut conquérir Barcelone

Catalogne L'ex-premier ministre français devrait annoncer vers 19 heures sa candidature pour la mairie de Barcelone. Une ville «qu'il ne connait pas», lance Carles Puigdemont. Plus...

Puigdemont acclamé à la Fête du peuple à Delémont

Jura Le leader indépendantiste catalan Carles Puigdemont était dimanche invité à la Fête du peuple. Dans son allocution, il a fait l'éloge du courage et de la fraternité. Plus...

Carles Puigdemont va retourner en Belgique

Allemagne Après l'annulation des mandats d'arrêt européens par Madrid, l'ancien président catalan va quitter le sol allemand samedi. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le coronavirus crée une frénésie de nettoyage
Plus...