Passer au contenu principal

«Daech a perdu Mossoul, mais n’est pas déraciné!»

L’archevêque Najeeb Michaeel dit l’urgence de reconstruire la confiance après le traumatisme.

Mgr Najeeb Michaeel,archevêque de Mossoul.
Mgr Najeeb Michaeel,archevêque de Mossoul.
Steeve Iuncker-Gomez

«Je sais bien qu’une seule balle peut me coûter la vie. Mais je veux croire qu’en allant à la rencontre de l’autre, en apportant un peu de lumière, nous vaincrons l’obscurantisme!» Natif de Mossoul, Najeeb Michaeel n’hésite pas à se mêler à la population de la grande ville du nord de l’Irak, dont il a été nommé archevêque il y a un an par le pape François. Une ville tristement célèbre pour avoir été la capitale du groupe État islamique (Daech) de 2014 à 2017. De passage à Genève, ce dominicain dit toute la difficulté, pour les chrétiens, les yézidis et même pour les musulmans, de dépasser le traumatisme et reconstruire la confiance.

Les articles ABO sont réservés aux abonnés.