Négociations secrètes pour sortir la Syrie du chaos

SuisseUne rencontre discrète a eu lieu à Zurich. Vladimir Poutine est à la manœuvre. Genève est tenu à l’écart.

Les combats se poursuivent en Syrie. Mais c’est à Zurich, loin des projecteurs, que s’est tenue une rencontre peut-être déterminante pour l’avenir du pays.

Les combats se poursuivent en Syrie. Mais c’est à Zurich, loin des projecteurs, que s’est tenue une rencontre peut-être déterminante pour l’avenir du pays. Image: Reuters

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La prochaine réunion sur la Syrie doit se tenir à Vienne ce week-end. Mais c’est à Zurich, loin des projecteurs, que s’est tenue une rencontre peut-être déterminante pour l’avenir de la Syrie. Les négociations progressent, empruntant parfois des chemins de traverse, comme en témoigne cette réunion secrète qui s’est tenue à Zurich il y a une quinzaine de jours. Un événement dont la Tribune de Genève a eu connaissance et qui atteste de discussions déjà très poussées.

Des diplomates russes ont participé à cette rencontre qui réunissait des représentants de l’opposition armée et du gouvernement syrien, un représentant de Staffan de Mistura, l’émissaire de l’ONU pour la Syrie, et des diplomates italiens et allemands. Voilà pour ce qui est formellement établi. Sans doute y avait-il d’autres participants. Une chose est sûre, toutes les parties prenantes au dossier n’ont pas été avisées de cette initiative. Autre certitude, ce n’est plus Sergueï Lavrov qui est à la manœuvre mais Vladimir Poutine. Selon des proches, le président russe veut «rétablir un climat de confiance avec les Occidentaux». Mais attention, «pas question de confondre cela avec une opération de charme», précise-t-on.

Pour l’instant, le plan russe de transition politique qui a fuité dans les médias a été accueilli froidement. Vladimir Poutine aurait convaincu Bachar el-Assad d’organiser une élection dans dix-huit mois. Un scrutin assorti d’une réforme constitutionnelle à laquelle le président syrien se serait engagé à ne pas participer. Poussé à faire des concessions par son allié russe, Bachar el-Assad n’aurait pas très bien réagi. Le processus proposé, conduit sous l’égide de l’ONU, prévoit d’inclure le vote des Syriens de l’étranger, notamment celui des réfugiés installés dans les camps turcs. Ce dont il ne veut pas entendre parler.

Pas de Genève 3 en vue

Pour le moment, la convocation d’un Genève 3 n’est pas à l’ordre du jour. Les acteurs du dossier n’ont pas l’intention de se retrouver pour une grande conférence de paix tant qu’ils n’auront pas la certitude d’un accord solide et définitif accepté par tous. A-t-on des chances de voir Genève reprendre la main sur Vienne d’ici à la fin de l’année? Peu probable. Il reste d’énormes points de blocage mais les choses avancent quand même. A Genève, chacun y va de ses petites cachotteries pour éviter d’ébruiter les tractations en cours. Vendredi dernier, c’est Staffan de Mistura qui recevait à Genève, dans la plus grande discrétion, Khaled Khoja, le président de la Coalition nationale syrienne. Les pays qui doivent se retrouver à Vienne ce week-end pour poursuivre les discussions de paix sur la Syrie ne jouissent pas tous des mêmes informations. Ce qui est source de tensions.

Au Palais des Nations, les correspondants de presse étrangers ragent, eux aussi, d’être tenus à l’écart. Staffan de Mistura a accordé récemment des interviews à des médias autrichiens et italiens. Ce qu’il a refusé de faire jusqu’à présent à Genève, ouvrant ainsi la voie à toutes les spéculations.

Rifaat el-Assad hors jeu

Récemment, le journal Le Temps s’interrogeait sur la présence dans la Cité de Calvin de Rifaat el-Assad, l’oncle de Bachar el-Assad. En froid depuis longtemps avec le président syrien, certains l’imaginent pouvoir jouer un rôle. «Impossible! La proximité de Rifaat avec l’Arabie saoudite constitue un obstacle majeur», souffle-t-on dans les couloirs de l’ONU. Riffat hors jeu, il reste son fil Siwar el-Assad. Certains auraient pensé à lui. Selon une source diplomatique, les autorités françaises auraient encouragé ce dernier à entrer dans le jeu politique «pour diviser le clan Assad», en échange de la garantie de ne pas voir ses comptes bloqués dans le cadre des mesures de représailles visant la famille du président syrien. Une offre que l’intéressé aurait rejetée.

En fait, le cercle des personnalités et des groupes appelés à négocier une transition politique avec le gouvernement syrien serait en train de se resserrer. S’ils ont des points de désaccord, Russes et Américains auraient en commun la même volonté d’en finir avec la crise syrienne. Washington aimerait bien clore ce chapitre avant l’élection présidentielle. Poutine, qui redoute un enlisement qui serait dévastateur pour sa popularité, n’a pas envie non plus de voir les négociations s’éterniser.

Points de blocage

S’il y a un accord sur un processus politique, il sera arraché au forceps. Toutes les discussions se cristallisent aujourd’hui autour de l’établissement de deux listes acceptées par tous. Une première qui recense les groupes terroristes à sortir du jeu par la force. Une seconde qui fournit les noms des organisations et des personnes incluses dans le processus politique. Si elle n’a encore pas permis des avancées significatives, l’entrée de l’Iran à la table des négociations a eu au moins le mérite de mettre les acteurs régionaux face à face. Aujourd’hui, l’un des points de blocage concerne le Hezbollah, que l’Arabie saoudite souhaite voir inscrit sur la liste des groupes terroristes à éliminer. Demande rejetée par les Syriens et leur allié iranien.


Les négociations avancent»

Proche des autorités syriennes, Elias Khoury, le représentant de l’Union des juristes arabes auprès des Nations Unies, était à Damas il y a peu de temps. Cet ancien opposant a eu des entretiens avec des hauts responsables du régime.

Quel est l’état d’esprit du pouvoir syrien?
Il est ouvert à la négociation. Il est pour un accord mais à condition que cela ne se fasse pas au détriment de la souveraineté nationale.

Il y a toujours désaccord sur le nom des organisations terroristes à combattre…
On nous parle de forces armées modérées, mais ça veut dire quoi modérées? Il faut clarifier quelles sont les organisations avec lesquelles il est possible de s’engager dans un processus de paix.

Et le Hezbollah?
On ne peut pas mettre sur un même plan le Hezbollah et les djihadistes qui combattent le régime syrien.

Pourquoi est-il si difficile d’établir une liste d’opposants reconnus par tous?
Si on veut donner du sens à ces négociations et les rendre utiles, il faut inviter des gens qui sont réellement représentatifs. Plusieurs puissances étrangères, telles que la France, les Etats-Unis, l’Arabie saoudite ou encore la Turquie, essaient d’imposer les opposants qu’elles soutiennent.

Est-ce que malgré tout, les négociations avancent?
Oui, les négociations avancent. Il y a de nombreuses réunions auxquelles sont désormais associés l’Iran et l’Arabie saoudite.

Pourquoi la Russie déploie-t-elle autant d’efforts pour sauver le régime?
La Russie apporte son soutien militaire pour défendre ses intérêts dans la région et sa sécurité nationale. N’oubliez pas que les terroristes tchétchènes engagés en Syrie constituent une menace pour plus tard en Russie.

A.J.

Créé: 13.11.2015, 07h11

Articles en relation

Moscou impose l’Iran dans la négociation sur la Syrie

Diplomatie C’est une première. Téhéran aura son mot à dire sur la Syrie à Vienne. Un tournant diplomatique voulu par Moscou. Plus...

L’intrigant baby-boom des pays du Printemps arabe

Démographie La natalité est en forte hausse de la Tunisie à la Syrie. C'est la faute au chômage des femmes, explique un démographe français. Plus...

Les disparitions, la poule aux œufs d’or de Damas

Syrie Editorial Le régime syrien, à l’origine de la disparition de 65 000 civils depuis 2011, en a fait un sinistre business, révèle Amnesty. Plus...

Des civils en cage comme boucliers humains

Syrie Editorial Des soldats du régime et leurs familles seraient positionnés dans la ligne de mire de l’armée de Bachar Plus...

L’échec syrien masque un bilan contrasté pour l'ONU

70e anniversaire des Nations Unies L’organisation est à la peine pour imposer une solution de paix en Syrie, mais ses agences ont tout fait pour aider les civils. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La débâcle du PLR
Plus...