Le Prix Nobel alternatif à Genève

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La fondation des Prix Nobel alternatifs, comme on l’appelle en français, vient d’ouvrir un bureau de cinq personnes à la Maison de la Paix à Genève. Fondée en 1980 à Stockholm par le journaliste et philatéliste Jakob von Uexkull, la Right Livelihood Award Foundation récompense les personnes qui offrent des solutions exemplaires aux défis les plus urgents du monde actuel, tels que la protection de l’environnement, les droits de l’homme, le développement durable, la santé, l’éducation, la paix. En trente-cinq ans, 187 lauréats de 65 pays se sont partagé les prix d’une valeur annuelle de 250 000 euros. La fondation a voulu se rapprocher de la Genève internationale, dont les activités recoupent ses préoccupations. Elle annoncera ses lauréats 2015 le 1er octobre et les présentera aux Genevois le 2 décembre.

***

L’actualité onusienne de la semaine, c’est bien entendu l’assemblée générale des Nations Unies à New York, avec le sommet sur les Objectifs du développement durable. Les Objectifs du millénaire lancés par Kofi Annan en 2000 ont été un succès et ont permis de réduire notablement la grande pauvreté. Il s’agit maintenant de passer à la deuxième phase avec une nouvelle série de 17 objectifs, tout aussi ambitieux, à réaliser d’ici à 2030 dans tous les domaines, alimentation, santé, éducation, technologies, climat et environnement, égalité sociale et sexuelle, justice et droits humains… Leur mise en œuvre va mobiliser l’ensemble des organisations présentes à Genève.

***

L’autre grand rendez-vous de l’automne, c’est la grande conférence de Paris sur le climat, la COP 21, qui ne s’annonce pas très bien pour l’instant. Pour ménager le climat tout en chauffant les cœurs, une vingtaine de grands noms de la musique menés par Paul McCartney viennent de lancer à Paris une chanson pop, Love Song to the Earth (Chanson d’amour pour la Terre). Parmi eux, Bon Jovi, Sheryl Crow, Angélique Kidjo et le rappeur Sean Paul.

***

Un mot enfin sur la session d’automne du Conseil des droits de l’homme. Entre les manifestations sur la place des Nations, les conférences de presse, les distributions de tracts et le bombardement de mailings, les inaugurations d’expositions et les appels des ambassadeurs qui craignent pour la réputation de leur pays, on ne sait plus où donner de la tête. Difficile à gérer, mais c’est un des moments que je préfère parce que c’est dans cette effervescence tendue et inquiète qu’on sent vraiment vibrer la Genève internationale.

Créé: 20.09.2015, 21h10

Guy Mettan, directeur du Club Suisse de la presse.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Coronavirus et enseignement à la maison
Plus...