«Président des inégalités et du laxisme migratoire»

FranceAu lendemain de son interview fleuve, Emmanuel Macron a été sévèrement tancé par la droite et le FN.

Emmanuel Macron dimanche soir.

Emmanuel Macron dimanche soir. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La droite et l'extrême droite se sont déchaînées lundi contre Emmanuel Macron. Cette réaction est survenue au lendemain de l'interview fleuve du président français sur BFMTV, RMC et Mediapart. Interrogé par France 2, la présidente du Front national, Marine Le Pen, a jugé le chef de l'Etat «incontestablement combatif» mais représentant «le pire de la droite et le pire de la gauche».

«Le pire de la droite avec une acceptation des inégalités comme s'il s'agissait d'une fatalité, avec la culpabilisation des Français, des chômeurs (...) des retraités», a-t-elle expliqué. «Et puis le pire de la gauche, l'immigrationnisme, le sans-frontièrisme, le droit-de-l'hommisme, la complaisance à l'égard du fondamentalisme islamiste.»

L'allié de Marine Le Pen au second tour de l'élection présidentielle de 2017, le président de Debout La France, Nicolas Dupont Aignan, a dénoncé dans un communiqué une «tragi-comédie» et un «jeu de dupe».

«Emmanuel Macron a dévoilé son vrai visage: ne supportant pas la contradiction et s'entêtant dans une politique dangereuse pour la France et les Français, assumant sa politique d'injustice sociale et de faiblesse face au communautarisme islamiste, il s'est affirmé comme le président des inégalités et du laxisme migratoire», écrit-il.

Attente

«Nos compatriotes ont compris qu'il n'y avait plus rien à attendre de ce quinquennat», ajoute Nicolas Dupont Aignan.

Le vice-président du parti Les Républicains (LR) Damien Abad, interrogé par CNEWS, a pour sa part jugé Emmanuel Macron «rigide» et «déconnecté des réalités». «Il a maintenu son cap sur un certain nombre de dispositions mais, dans le même temps, on a vu un président des injustices (...) et surtout qui n'a pas mesuré encore (la) colère sociale et populaire» en France, a déclaré l'élu LR. «Il est rigide par rapport aux préoccupations et il n'entend pas cette colère-là, qui gronde dans le pays», a-t-il ajouté.

Damien Abad a jugé l'interview parfois confuse et manquant de «hauteur par rapport à la fonction présidentielle». «Je crois que ça affaiblit l'autorité présidentielle. On n'attend pas d'un président de la République qu'il fasse un match de boxe ou un match de catch, on attend qu'il fixe un cap, qu'il donne des orientations.» Or, a-t-il déploré en faisant également allusion à l'interview du chef de l'Etat jeudi sur TF1, «on a quand même deux exercices télévisés en l'espace de trois-quatre jours et on n'a eu aucune annonce concrète».

(ats/nxp)

Créé: 16.04.2018, 09h31

Articles en relation

Pas de «coagulation» de la grogne, selon Macron

France Le président français, passé au grill journalistique dimanche, juge que les mouvements contestataires de ces dernières semaines ne sont pas liés. Plus...

Macron souligne un succès «sur le plan militaire»

Frappes en Syrie À la télévision, le président français s'est exprimé sur l'opération commune des Etats-Unis, de la France et du Royaume-Uni à l'encontre du régime syrien. Plus...

La France tente de relancer la diplomatie

Frappes en Syrie Depuis 24 heures, le gouvernement de Macron multiplie les déclarations et tente de se distinguer de l'allié encombrant qu'est Donald Trump. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Un ministre de l'Economie doit-il savoir parler anglais?
Plus...