Première transgenre sur le point d'être élue

Etats-UnisChristine Hallquist briguera en novembre prochain la plus haute fonction de l'Etat du Vermont.

Christine Hallquist a changé de sexe en 2015.

Christine Hallquist a changé de sexe en 2015. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Ingénieure, militante de la cause environnementale, patronne, progressiste, Christine Hallquist attire d'abord l'attention de tout un pays pour son identité sexuelle, qui pourrait faire d'elle la première femme transgenre gouverneure d'un Etat américain.

Mardi, celle qui se faisait encore appeler Dave il y a moins de trois ans a remporté la primaire démocrate du Vermont, et représentera donc le parti, le 6 novembre, face au gouverneur sortant, le républicain Phil Scott.

En novembre 2017, la démocrate Danica Roem, née de sexe masculin, avait créé, en Virginie, un premier précédent en devenant la première personne ouvertement transgenre à décrocher un siège de parlementaire local.

«MOMENT HISTORIQUE!», s'est réjoui en lettres capitales sur Twitter le Victory Fund, une organisation qui soutient les candidats LGBT en politique.

Rôle d'étendard

Quelque 1,4 million de personnes s'identifient comme transgenre aux Etats-Unis, soit 0,58% de la population, selon une étude du Williams Institute, think tank de l'université d'UCLA, publiée en juin 2016.

Christine Hallquist a bien conscience que sa candidature et son image la dépassent largement et dit accepter ce rôle d'étendard, même si elle ne l'a pas choisi.

Mais cette femme de 62 ans, mère de trois enfants, dit se préoccuper surtout de son Etat, le Vermont, et de ses habitants, dans le cadre de ce qui demeure un scrutin local.

La question de son identité sexuelle «ne vient pas dans la conversion», dit-elle de ses contacts avec les «Vermonters», les électeurs de ce petit Etat de 623.000 habitants, logé à l'extrême nord-est des Etats-Unis.

«Pour eux, seuls les dossiers importent», a-t-elle dit dans un entretien à la radio publique NPR.

Celle qui a voté républicain par le passé affirme vouloir attirer à elle les électeurs ruraux comme les citadins, dans un Etat aux deux visages.

Le Vermont est, en effet, l'un des Etats les plus progressistes du pays, notamment où la détention de cannabis est légale, engagé dans la transition énergétique, mais aussi l'un des plus portés sur les armes.

Pour avoir ratifié, en avril, une nouvelle loi imposant un contrôle drastique des ventes d'armes, Phil Scott a dû faire face à un violent mouvement de rejet. S'il reste favori pour conserver son siège de gouverneur, cette grogne l'a néanmoins fragilisé auprès de sa base républicaine.

Réaction à Trump

Christine Hallquist a elle évité le thème des armes dans son programme de campagne.

Couverture santé universelle, un sujet récurrent dans le Vermont, moyens supplémentaires face à la crise des opiacés, gratuité des études supérieures dans le public, les propositions ont de quoi séduire un de ses soutiens: l'ancien candidat à primaire démocrate présidentielle et élu du Vermont au Sénat, Bernie Sanders.

Résidente de cet Etat depuis plus de 40 ans, Christine Hallquist était une figure publique bien avant d'entrer en politique, mais aussi bien avant d'effectuer sa transition vers son identité de femme.

Ingénieur de formation, nommé PDG d'une compagnie d'électricité en 2006, Dave Hallquist, qui était encore un homme pour l'état civil, a milité durant des années pour la lutte contre le changement climatique.

Son fils, Derek, a voulu lui consacrer un documentaire, intitulé «Denial» (déni). Mais après plusieurs mois de tournage, un autre changement s'est invité sur le tournage, celui qui a mené à la transition officielle de Dave, devenu Christine fin 2015.

«Depuis que j'ai six ou sept ans, je sais que c'est une partie de moi», expliquait-elle début 2018 à la station locale de la chaîne publique PBS.

«Et j'ai compris qu'il fallait que je le cache et je l'ai plutôt bien fait», ajoutait-il, au point de se marier et d'avoir trois enfants. «Jusqu'à ce que j'ai 44 ans, je ne savais pas ce que c'était que transgenre.»

Aujourd'hui, «il y a certaines parties de Dave qui sont toujours là, mais d'autres étaient simplement une invention. Je ne crois pas que j'aurais pu devenir PDG d'une entreprise de services aux collectivités si je n'avais pas fait semblant d'être un homme.»

Depuis presque trois ans, Christine Hallquist ne se cache plus et, mis à part quelques menaces sur les réseaux sociaux, elle rencontre plus de soutien que de rejet, dit-elle.

En physique, «pour chaque action, il y a une réaction opposée et équivalente», a dit l'ingénieure sur NPR. «Ceci est une réaction à 2016» et l'élection de Donald Trump.

«Les enfants de nos enfants repenseront à 2016 et diront: la démocratie, c'est génial. Nous avons survécu à l'Etoile de la mort.» (ats/nxp)

Créé: 15.08.2018, 07h51

Articles en relation

A 14 ans, il est candidat au poste de gouverneur

Vermont Ethan Sonneborn, 14 ans, est candidat au poste de gouverneur du Vermont. Une possibilité offerte par un vide juridique. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Papyrus: les régularisés gagnent plus et vont mieux que les illégaux
Plus...