Un premier mois difficile pour le président intérimaire Michel Temer

Brésil Le scandale de corruption Petrobras atteint tant le nouveau gouvernement que le parti du président par intérim

Le président par intérim brésilien, Michel Temer, doit affronter de nombreuses difficultés suite à la mise en cause de plusieurs poids lourds du parti au pouvoir, le PMDB.

Le président par intérim brésilien, Michel Temer, doit affronter de nombreuses difficultés suite à la mise en cause de plusieurs poids lourds du parti au pouvoir, le PMDB. Image: EPA

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Chaque jour apporte son lot de mauvaises nouvelles pour le président par intérim brésilien, Michel Temer. Et cette semaine est sans aucun doute la plus difficile depuis sa prise de fonction, il y a presque un mois.

Mardi, deux grands quotidiens brésiliens – O Globo et A Folha de São Paulo – ont annoncé que le procureur général Rodrigo Janot a demandé à la Cour suprême l’incarcération de plusieurs poids lourds du parti au pouvoir, le PMDB: Renan Calheiros, président du Sénat, Romero Juca, président du PMDB et sénateur, Eduardo Cunha, président suspendu de la Chambre des députés, et José Sarney, ex-président du Brésil.

Selon la presse, le Parquet les accuse d’avoir tenté de freiner l’enquête sur le scandale de corruption au sein de l’entreprise publique Petrobras. Les quatre sont cités dans cette affaire par les «repentis» et des enregistrements homologués par la justice ont montré qu’ils considéraient «nécessaire» et même «urgent» de prendre le pouvoir pour stopper une enquête devenue une vraie hécatombe pour la vie politique du pays.

La diffusion de ces enregistrements une semaine après la destitution provisoire de Dilma Rousseff a jeté le trouble dans l’opinion publique sur les réelles motivations de la mise à l’écart de la présidente, officiellement pour des manipulations budgétaires. Ces écoutes ont aussi coûté la tête à deux ministres du nouveau gouvernement: celui de la Planification et celui de la Transparence.

Un troisième ministre, celui du Tourisme, fait désormais l’objet d’une enquête pour avoir reçu de l’argent de la part de l’entreprise de construction OAS, en échange d’appuis pour des contrats pétroliers. Henrique Eduardo Alves, ami intime du président intérimaire, n’a cependant pas démissionné, même si Michel Temer avait promis de se séparer de tout ministre sous enquête pour corruption.

Depuis qu’il a assumé le pouvoir le 12 mai, Michel Temer a, de plus, vu chacune de ses décisions contestée dans la rue. Dès sa nomination, le gouvernement, composé exclusivement d’hommes blancs et amputé des Ministères de la culture, des droits de l’homme et des sciences, avait provoqué de vives critiques. A tel point que le président intérimaire s’est vu forcé de recréer le Ministère de la culture, tout comme l’administration chargée de contrôler les finances de l’Etat, qu’il avait supprimé.

Sur le terrain économique, où le président est très attendu, la nomination de Henrique Meirelles au poste de ministre de l’Economie a été saluée par les milieux d’affaires. Tout comme sa promesse de mettre en place une politique de rigueur budgétaire. Mais une semaine plus tard, il était contredit par le Congrès, qui adoptait une revalorisation salariale pour les membres de l’Exécutif, de la justice et de la police, ainsi que la création de 14 000 nouveaux postes de fonctionnaires.

«La mesure, refusée par Rousseff, est mal passée dans la population, à qui on demande des sacrifices alors qu’on augmente les salaires d’une catégorie déjà très privilégiée», affirme l’économiste André Nassif, de la Fondation Getúlio Vargas.

Et ce ne sont pas les coupes budgétaires annoncées dans l’éducation et la santé qui vont améliorer la popularité de Michel Temer. Depuis les manifestations historiques de juin 2013, la population brésilienne considère en effet qu’il est prioritaire d’investir plus dans ces secteurs.

(TDG)

Créé: 08.06.2016, 22h41

Articles en relation

Michel Temer prêt à succéder à Dilma Rousseff

Brésil Longtemps dans l’ombre de la présidente, sa doublure institutionnelle est sur le point de prendre sa place. Portrait exprès. Plus...

Temer rassure le CIO sur la bonne tenue des JO

Brésil Le président brésilien s'est entretenu par téléphone avec Thomas Bach. Michel Temer a encore réaffirmé que les jeux olympiques se dérouleraient dans les meilleures conditions. Plus...

Michel Temer veut réduire le chômage

Brésil Le président brésilien par intérim veut réduire le chômage et apaiser le pays, a-t-il déclaré dimanche dans une interview à la chaîne de télévision Globo. Plus...

Temer prépare les Brésiliens à «des mesures difficiles»

Brésil Le nouveau gouvernement brésilien s'est mis au travail vendredi en préparant la population à des mesures impopulaires pour affronter «la pire crise économique de l'histoire du pays». Plus...

«Il faut rétablir la crédibilité du Brésil»

Nouveau président Michel Temer, le président intérimaire depuis la suspension de Dilma Rousseff dit vouloir unifier et pacifier le pays. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Conférence sur le climat de Katowice
Plus...