Le Premier ministre du Kosovo démissionne

Soupçons de crimes de guerre Convoqué par la justice internationale en tant que suspect, le Premier ministre Ramush Haradinaj a quitté ses fonctions vendredi.

Le Premier ministre du Kosovo Ramush Haradinaj était commandant de la guérilla kosovare (UCK) pendant la guerre.

Le Premier ministre du Kosovo Ramush Haradinaj était commandant de la guérilla kosovare (UCK) pendant la guerre.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le Premier ministre du Kosovo Ramush Haradinaj, ancien commandant de la guérilla kosovare (UCK) pendant le conflit (1998-99), a démissionné vendredi après avoir été convoqué par la justice internationale en tant que suspect.

«En tant que simple citoyen»

«J'ai reçu une convocation du tribunal spécial en tant que suspect et je me suis vu offrir la possibilité de m'y rendre en ma qualité de Premier ministre ou en tant que simple citoyen. J'ai choisi la deuxième option», a déclaré Ramush Haradinaj, 51 ans, à la presse.

Le tribunal spécial international, dont la création a été soutenue par l'Union européenne, a été mis en place en 2015 avec pour mission de se charger des crimes présumés commis par la guérilla albanaise (UCK) au Kosovo principalement contre des Serbes, des Roms et contre des opposants albanais à l'UCK pendant et après le conflit de 1998-99 au Kosovo.

«La responsabilité revient désormais au président d'organiser des consultations pour déterminer la date des élections. Je me propose de nouveau au peuple (à ces élections) afin d'obtenir (à nouveau) sa confiance. Je ne suis pas accusé, je vais être interrogé», a-t-il déclaré après une réunion du gouvernement.

Premières inculpations attendues

Dans une interview cette année à l'AFP, Ramush Haradinaj avait déclaré que le Kosovo répondrait à toute demande du tribunal spécial.

A la mi-janvier, ce tribunal a entamé les interrogatoires, à La Haye, de deux autres ex-responsables de l'UCK : Rrustem Mustafa, dit Remi, et Sami Lushtaku.

Les médias au Kosovo rapportent que les premières inculpations devraient probablement être prononcées cette année.

Ils spéculaient également sur le fait que Haradinaj pourrait figurer parmi les inculpés potentiels, de même que le président Hashim Thaçi et le président du parlement Kadri Veseli. (afp/nxp)

Créé: 19.07.2019, 17h30

Articles en relation

Le Kosovo interdit d'accès des chefs serbes

Pristina a pris cette décision en raison d'une «propagande constante et des informations erronées» contre le Kosovo de la part de Belgrade. Plus...

Clinton décoré au Kosovo, vingt ans après la guerre

Commémorations À Pristina, l'ancien président US a reçu mardi la médaille de «l'ordre de la liberté» pour son rôle dans le retrait des forces serbes en 1999. Plus...

Tension après un raid de police en secteurs serbes

Kosovo La police kosovare s'est heurtée à une «résistance armée» dans le nord du pays lors d'une opération visant le crime organisé. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

)6 nouveaux projets en faveur des piétons et des cyclistes
Plus...