Un politique européen refoulé à Manille

PhilippinesLes Philippines ont interdit d'entrée sur leur territoire un politicien européen critique envers le président Rodrigo Duterte.

Depuis son arrivée au pouvoir en 2016, le président philippin Rodrigo Duterte a lancé une campagne sans merci contre le trafic de drogue.

Depuis son arrivée au pouvoir en 2016, le président philippin Rodrigo Duterte a lancé une campagne sans merci contre le trafic de drogue. Image: Archive/photo d'illustration/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Giacomo Filibeck, secrétaire général adjoint du Parti des socialistes européens (PSE), a été arrêté par la police des frontières à son arrivée dimanche à l'aéroport de Cebu, dans le centre de l'archipel. Puis, le responsable politique italien a été expulsé pour «activités politiques illégales», a déclaré sa formation.

Giacomo Filibeck se rendait aux Philippines à l'invitation du parti philippin d'opposition Akbayan pour participer à un congrès. Mais ce n'était pas la première fois qu'il foulait le sol philippin.

En octobre dernier, il faisait partie d'une délégation de politiques européens qui avaient mené une mission d'enquête dans l'archipel. Le groupe avait au final condamné les «meurtres extrajudiciaires» de milliers de personnes dans la guerre contre la drogue menée par Rodrigo Duterte.

Sur liste noire

«C'est un bâillon à l'intention de tout le monde», a réagi Tom Villarin, parlementaire d'Akbayan. «Il ne faut pas examiner la situation des droits de l'Homme aux Philippines», a-t-il dit à l'AFP. «Les agissements du gouvernement Duterte (...) montrent vraiment que le degré d'impunité a atteint celui d'une dictature».

Le ministre de la Justice Menardo Guevarra a déclaré que Giacomo Filibeck avait été interdit d'entrée pour avoir violé la loi. «Giacomo Filibeck a été mis sur la liste noire (de l'immigration) pour avoir contrevenu à la législation sur l'immigration qui interdit aux étrangers présents dans notre pays de se livrer à des activités politiques», a-t-il dit à l'AFP.

Le PSE a dénoncé l'expulsion de son représentant, ajoutant en avoir informé la représentante de la diplomatie européenne Federica Mogherini.

«Il est complètement inacceptable qu'un représentant du PSE (...) soit traité comme un criminel sur ordre du gouvernement», a déclaré le président du parti Sergueï Stanichev dans un communiqué. «Nous refusons d'être réduits au silence et nous continuerons à exprimer notre solidarité avec l'opposition démocratique au règne de plus en plus autoritaire de Rodrigo Duterte».

Guerre contre la drogue

Depuis son arrivée au pouvoir en 2016, le président philippin a lancé une campagne sans merci contre le trafic de drogue. La police affirme avoir tué 4100 toxicomanes et trafiquants présumés. Les défenseurs des droits affirment qu'il faut multiplier ce chiffre par trois.

La Cour pénale internationale a lancé un examen préliminaire sur les meurtres, ce qui a conduit Rodrigo Duterte à annoncer le retrait de son pays du traité fondateur de la CPI.

L'Union européenne s'est également déclarée «préoccupée». (ats/nxp)

Créé: 16.04.2018, 08h58

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

La Suisse, nid d'espions
Plus...