Polie mais ferme, Bachelet dresse la liste de ses défis

Droits de l’hommeElle-même victime de la dictature chilienne, la nouvelle haut-commissaire de l’ONU a présenté lundi ses priorités.

Le président du Conseil des droits de l’homme, l’ambassadeur slovène Vojislav Suc, accueille Michelle Bachelet.

Le président du Conseil des droits de l’homme, l’ambassadeur slovène Vojislav Suc, accueille Michelle Bachelet. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Non, pas question, Michelle Bachelet ne sera pas une version édulcorée de Zeid Ra’ad al-Hussein. Ce lundi matin à Genève, face aux États membres du Conseil des droits de l’homme réunis au Palais des Nations, l’ancienne présidente chilienne a livré son premier discours en tant que haut-commissaire de l’ONU. Et manifestement, ceux qui détestaient le ton offensif de son prédécesseur jordanien ont encore du souci à se faire. Le propos est certes poli et la volonté de ne pas braquer les gouvernements est affichée sans détour. D’ailleurs, si la version écrite du discours fourmille de critiques envers nombre d’États, l’allocution devant l’hémicycle n’a fait que les évoquer en passant, invitant chacun à lire le document complet. Mais ne nous y trompons pas: celle qui fut jadis victime de torture sous la dictature de Pinochet demeure du côté des activistes. La diplomatie n’est qu’un moyen. Voyez plutôt.

Washington en cause

Michelle Bachelet ne ménage pas Washington, qui vient pourtant de claquer la porte du Conseil des droits de l’homme. La haut-commissaire note que les États-Unis ont mis fin à la «pratique inadmissible» consistant à séparer les enfants migrants de leurs proches, mais elle souligne que «plus de 500 enfants migrants enlevés à leurs parents par des officiels étasuniens n’ont toujours pas été réunis avec leur famille».

Par ailleurs, dans une allusion à peine voilée au gouvernement Trump, elle appelle à davantage d’engagement pour les droits de l’homme: «Pas des disputes stériles, pas des retraits.» La Chilienne fustige ceux qui «sapent les institutions multilatérales» et rappelle que le Conseil des droits de l’homme dispose d’outils précieux: examen périodique universel (EPU) des États membres, missions d’établissement des faits, procédures spéciales…

De manière plus générale, la haut-commissaire s’élève contre toute politique migratoire consistant à ériger des murs, à attiser la peur et la colère contre les migrants, à limiter leurs droits de recours et le principe de non-refoulement, créant «davantage d’hostilité, de misère, de souffrance et de chaos», mais n’offrant aucune solution à long terme. Il faut, dit-elle, «adopter des politiques fondées sur la réalité, pas la panique».

L’Europe sous enquête

Sur ce même sujet, l’Europe est elle aussi égratignée. La haut-commissaire appelle l’UE à mettre sur pied une véritable opération de recherche et de sauvetage des personnes traversant la Méditerranée. Par ailleurs, Michelle Bachelet annonce l’envoi d’équipes en Italie et en Autriche, où les évolutions lui paraissent inquiétantes.

La «rééducation» chinoise

Pékin est accusé d’avoir créé des «camps de rééducation» dans le Xinjiang, où de très nombreux Ouïgours musulmans seraient détenus arbitrairement. Ces allégations «très inquiétantes» ont été formulées le mois passé par le Comité pour l’élimination des discriminations raciales. Michelle Bachelet appelle le gouvernement de Xi Jinping à laisser le Haut-Commissariat se rendre librement dans ces régions.

Caracas et Managua épinglés

La socialiste chilienne n’est pas particulièrement tendre non plus avec le régime au pouvoir au Venezuela. «Quelque 2,3 millions de personnes ont fui le pays» et plus de 4000 chaque jour entrent en Equateur, près de 2400 en Colombie et 800 au Brésil. Des déplacements «sans précédent» dans l’«histoire récente» du continent américain. Elle appelle les États membres du Conseil des droits de l’homme à prendre «toutes les mesures disponibles», sachant que son prédécesseur n’avait pas obtenu, l’an dernier, l’envoi d’une mission.

Michelle Bachelet épingle aussi le Nicaragua, où 400 personnes ont péri depuis le début de la crise politique au printemps. Elle fustige l’expulsion de l’équipe du Haut-Commissariat.

La Birmanie en procès

Michelle Bachelet relève que sur la question des Rohingyas, minorité musulmane expulsée de Birmanie, le récent rapport de la mission internationale d’établissement des faits envoyée par le Haut-Commissariat a réuni de nombreux indices de crimes de guerre, crimes contre l’humanité et faits de génocide, d’extermination et de déportation.

La haut-commissaire relève que la Cour pénale internationale vient de se déclarer compétente pour statuer sur ces allégations et elle appelle les États membres du Conseil des droits de l’homme à mettre sur pied un «mécanisme international indépendant» pour établir les preuves des crimes les plus graves pour faciliter la tenue de procès justes et équitables.

Le Caire, Riyad et les autres

Michelle Bachelet s’est aussi dite choquée par les 75 condamnations à mort prononcées samedi en Égypte au terme d’un procès de masse qui ne respectait pas les standards internationaux, tandis que les forces de sécurité bénéficient d’une totale impunité.

De même, la haut-commissaire appelle l’Arabie saoudite à lever l’immunité des militaires responsables de massacres de civils au Yémen.

Et la liste continue. Visiblement, la Chilienne n’a pas l’intention de chômer! (TDG)

Créé: 11.09.2018, 07h52

Articles en relation

Michelle Bachelet, un nouveau mandat à l'ONU

Diplomatie Succédant au Jordanien Zeid Ra'ad Al Hussein, Michelle Bachelet a été nommée Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme. Plus...

L'Assemblée générale adoube Michelle Bachelet

ONU L'Assemblée générale de l'ONU a validé la nomination de l'ex-présidente du Chili à la tête du Haut-Commissariat aux droits de l'homme. Plus...

Bachelet, carte maîtresse de la Genève internationale

Genève Une personnalité prestigieuse prend la tête du Haut-Commissariat aux droits de l’homme… en pleine tourmente. Plus...

La rédaction sur Twitter

Restez informé et soyez à jour. Suivez-nous sur le site de microblogage

Paid Post

Le casual dating est-il fait pour vous?
L’idée d’une rencontre purement sexuelle sans aucun engagement peut paraître séduisante, mais une petite mise au point s’impose.

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Papyrus: les régularisés gagnent plus et vont mieux que les illégaux
Plus...