Passer au contenu principal

FrancePoliciers percutés: lettre d'allégeance à l'EI

Le conducteur qui a fauché des agents des forces de l'ordre lundi, près de Paris, soutenait le groupe Etat islamique.

La garde à vue du conducteur a été prolongée.
La garde à vue du conducteur a été prolongée.
AFP

Le parquet antiterroriste français (Pnat) s'est saisi mardi de l'enquête sur l'automobiliste qui a grièvement blessé lundi près de Paris deux policiers en fonçant sur leurs véhicules, annonçant qu'il avait écrit une lettre d'allégeance au groupe Etat islamique.

«Lors de la fouille de son véhicule, un couteau a été retrouvé ainsi qu'une lettre d'allégeance à l'Etat islamique, dans laquelle l'auteur du texte explique notamment se lancer à corps perdu dans la bataille pour imposer la charia sur l'ensemble de la terre », selon un communiqué.

Le parquet antiterroriste se saisit de l'affaire

Un examen psychiatrique a écarté toute «abolition ou altération du discernement» chez cet homme de 29 ans, Youssef T, a ajouté le Pnat. «Dans ces conditions, le parquet national antiterroriste a décidé de se saisir de ces faits, ouvrant une enquête des chefs de tentative d'assassinats sur personnes dépositaires de l'autorité publique en relation avec une entreprise terroriste et association de malfaiteurs terroriste criminelle», poursuit-il.

La garde à vue du suspect se poursuit et les investigations restent coordonnées par la brigade criminelle, avec désormais le soutien de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI).

Dispositif de contrôle

Selon le Pnat, les faits se sont déroulés lundi «vers 17h-17h15», à Colombes, dans la banlieue parisienne, à un endroit où était en place un «dispositif de contrôle routier associant deux véhicules automobiles de la police municipale et deux motards de la police nationale».

Le suspect, à bord d'une BMW noire, s'est alors déporté vers eux avant de les heurter violemment, blessant grièvement aux jambes deux fonctionnaires de la police nationale et, plus légèrement, un policier municipal.

Les deux motards sont toujours hospitalisés, mais leurs jours ne sont pas en danger.

AFP

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.