Le pic de la crise des réfugiés est passé

Crise migratoireLes flux observés entre fin 2015 et début 2016 ont nettement baissé depuis un an, selon l'OCDE. Place maintenant à l'intégration.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le pic de la crise des réfugiés en Europe «est derrière nous», estime l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Dans son rapport annuel sur les migrations publié jeudi, l'organisation appelle ses pays membres à se concentrer désormais sur l'intégration des nouveaux venus.

Les flux «sans précédent» observés fin 2015-début 2016 ont nettement diminué depuis un an: au cours des six premiers mois de l'année 2017, 72'000 personnes venant d'Afrique ont atteint les côtes européennes. C'est «douze fois moins que dans la deuxième moitié de 2015», souligne Stefano Scarpetta, directeur pour l'emploi, le travail et les affaires sociales à l'OCDE.

Mais «beaucoup de ceux arrivés en Europe pour fuir des pays en conflit resteront vraisemblablement un certain temps». C'est pourquoi «il est désormais temps de se concentrer sur la manière d'aider ces gens à s'installer dans leurs nouveaux pays d'accueil» et à «s'intégrer sur le marché du travail», ajoute le responsable.

«Améliorer l'intégration des immigrés et de leurs enfants, y compris les réfugiés, est essentiel dans la perspective de construire un avenir plus prospère et plus inclusif», poursuit-il. «Le temps presse.»

En 2016, les pays de l'OCDE ont enregistré plus de 1,6 million de demandes d'asile, comme en 2015, et sur ce total «environ 1,5 million» ont obtenu l'asile, souligne le rapport intitulé «Perspectives des migrations internationales 2017».

Allemagne et Suède en pointe

Pour la quatrième année consécutive, l'Allemagne a été le pays le plus sollicité en nombre absolu (675'000 premières demandes d'asile) - même si, du fait des délais de traitement, «la majorité des demandeurs étaient déjà arrivés en 2015». Suivent les Etats-Unis (260'000), l'Italie (120'000), la France et la Turquie (un peu moins de 80'000). Hors Allemagne, le nombre de demandes «a en fait chuté de 25%» dans les pays de l'OCDE entre 2015 et 2016.

Au prorata de la population locale, la Suède est le pays qui a reçu le plus grand nombre de nouveaux demandeurs d'asile en 2015 et 2016. Avec 1,83%, elle devance l'Autriche (1,47%, l'Allemagne (1,44%) et la Suisse (0,77%).

Près de la moitié des demandes provenaient de trois pays (Syrie, Afghanistan et Irak), avec de fortes spécificités nationales: Gambiens et Nigérians en Italie, Soudanais en France, Iraniens en Grande-Bretagne...

Un défi international

De fait, «des changements importants sont en train d'être réalisés de façon à mieux intégrer les réfugiés», note M. Scarpetta. A ce titre, il juge «emblématiques» le programme lancé en Suède et la loi sur l'intégration en Allemagne, même si dans certains pays, les politiques publiques «ont encore un certain retard».

Coût économique, impact sur les relations internationales: «Il s'agit désormais de faire des politiques d'intégration une priorité non seulement au niveau national mais aussi international», ajoute-t-il. C'est un «défi», car «par le passé, l'intégration a pu laisser souvent à désirer». Ainsi les immigrés connaissent un taux de chômage supérieur de près de 5 points à celui des personnes nées dans le pays.

Migration globale en hausse

«Nous sommes à la croisée des chemins», estime M. Scarpetta. D'autant que les migrations dans leur ensemble ont atteint l'an dernier un plus haut depuis 2007, année d'avant la crise économique: près de 5 millions de personnes sont alors entrées de façon permanente dans les pays de l'OCDE.

Ces chiffres incluent les réfugiés, mais les migrations familiales et la libre circulation «restent prépondérantes»: 1,5 million de permis d'études et 1,6 million de titres familiaux ont été délivrés en 2015, dernière année pour laquelle l'OCDE a des chiffres définitifs.

«En général, les pays ont continué de faciliter l'admission des travailleurs qualifiés» (Italie, France, Estonie...), précise le rapport. L'OCDE fait état d'une hausse de «plus de 10%» des migrations intra-entreprises et «de 3%» du détachement de travailleurs à l'intérieur de l'UE. (ats/nxp)

Créé: 29.06.2017, 13h10

Articles en relation

Migrants: Rome fait pression sur l'UE

Crise Plus de 10'200 migrants ont été secourus entre dimanche et mardi au large de la Libye. L'Italie demande l'aide de l'Union européenne. Plus...

Plus de 65 millions de personnes déplacées

Crise migratoire Les personnes déracinées dans le monde sont toujours plus nombreuses, indique lundi le Haut Commissariat pour les réfugiés (HCR). La moitié d'entre elles sont mineures. Plus...

Plus de 8000 migrants secourus en mer

Méditerranée Les gardes-côtes sont venus en aide à des milliers de personnes, en quarante-huit heures. Plus...

Naufrage: 10 morts et des dizaines de disparus

Méditerranée Alors que 1650 migrants ont été secourus au large de la Libye samedi, 10 autres sont morts et plusieurs dizaines ont disparus. Plus...

Plus de 900 personnes secourues en 48 heures

Méditerranée Des migrants se trouvaient à bord de cinq grandes barques, une petite barque et deux canots pneumatiques. Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

Le Cycle genevois toujours aussi inégalitaire
Plus...