Passer au contenu principal

Le petit-fils de l’ex-roi de Roumanie nie avoir agressé l’entourage de son aïeul

Par le biais de son avocat, Nicholas de Roumanie Medforth-Mills dit être sûr que son nom sera lavé. Il déplore l’attitude de la Maison royale à son égard.

Nicholas Medforth-Mills est confiant dans la justice.
Nicholas Medforth-Mills est confiant dans la justice.
DR

«Mon unique désir était de voir mon grand-père une dernière fois, et de lui dire adieu de la manière la plus respectueuse, la plus calme et la plus chrétienne qui soit.» Dans un communiqué transmis jeudi à 24heures par son avocat, Nicholas Medforth-Mills, petit-fils de l’ex-roi Michel de Roumanie, conteste les faits qui lui sont reprochés dans l’incident où il a été impliqué, mardi à Aubonne. Il n’a en revanche pas livré sa version du déroulement de l’affaire.

Selon l’agence de presse AP, le jeune homme aurait forcé l’entrée du domicile de l’ancien monarque, dont la santé s’est récemment détériorée. Il aurait ensuite «agressé physiquement et oralement» trois membres de l’équipe qui entoure son grand-père. Ce dernier, âgé de 96 ans, souffre d’une leucémie et d’un cancer de la peau. La police vaudoise, a confirmé qu’une enquête judiciaire était en cours. Une plainte contre le petit-fils aurait été déposée par la maison royale de Roumanie.

«Mon unique désir était de voir mon grand-père une dernière fois, et de lui dire adieu de la manière la plus respectueuse, la plus calme et la plus chrétienne qui soit»

«Je suis extrêmement déçu et blessé par l’acharnement des membres de la Maison Royale – y inclus ma propre mère –, par leur façon irrespectueuse de transmettre à la presse des communiqués agressifs qui ne sont en aucun cas justifiés, et qui nuisent à l’image et au symbole que doit représenter une telle institution», déplore le jeune homme. Ce dernier assure que sa famille ne lui a «jamais permis» de revoir son grand-père, «ni cette fois-ci ni précédemment». «Je le connais bien. Je ne crois pas que ce soit lui qui ne voulait pas me voir», ajoute-t-il.

Nicholas de Roumanie Medforth-Mills est né à Meyrin en 1985. En 2007, il a été élevé au troisième rang dans l’ordre de succession au trône. Il a même reçu en 2010 le titre de courtoisie de «prince de Roumanie» avec prédicat d’altesse royale.

En août 2015, toutefois, pour des raisons qui restent obscures, l’ex souverain lui retire sa position et ses titres. Nicholas Medforth-Mills précisera que la décision était la bienvenue pour lui, le rôle de successeur à la couronne de Roumanie lui imposant une façon d’organiser sa vie «difficile à accepter».

L’ancien héritier est actuellement en partance pour l’Angleterre. Il dit être «confiant dans la justice suisse» et certain que son honneur finira par être lavé.

Cet article a été automatiquement importé de notre ancien système de gestion de contenu vers notre nouveau site web. Il est possible qu'il comporte quelques erreurs de mise en page. Veuillez-nous signaler toute erreur à community-feedback@tamedia.ch. Nous vous remercions de votre compréhension et votre collaboration.