Pénible reprise, les USA accentuent la pression

VenezuelaL'électricité est revenue quasiment partout au Venezuela, qui reste sous pression des Etats-Unis.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les Etats-Unis ont accentué leur pression jeudi sur le régime de Nicolas Maduro au Venezuela, où la reprise de l'activité s'avère difficile après la panne de courant qui a paralysé le pays, y compris le secteur pétrolier.

L'électricité est revenue pratiquement partout, sauf dans quelques villes de l'ouest. Mais les principaux services, dont celui de l'eau et les transports publics, restent particulièrement perturbés, ainsi que l'accès à la nourriture.

Le gouvernement a cependant ordonné aux écoles de reprendre le travail vendredi après une semaine d'interruption, et seulement deux jours de classe après les congés du carnaval. Selon l'association catholique pour l'éducation Fe y Alegria, près d'un tiers des enfants vénézuéliens ne vont plus à l'école, faute d'instituteurs, de transports ou parce qu'ils ont faim.

Tous les diplomates américains ont quitté le pays

Pour accélérer le changement de régime qu'il souhaite, Washington a ajouté 340 noms à la liste des proches du président socialiste. Cela porte à 600 le nombre de Vénézuéliens privés de visa américain depuis la fin 2018, selon un porte-parole du Département d'Etat.

Le secrétaire d'Etat Mike Pompeo a également annoncé que tous les diplomates américains avaient maintenant quitté le Venezuela. L'administration américaine est «impatiente de revenir une fois que la transition démocratique aura commencé», a-t-il précisé.

Les Etats-Unis, avec une cinquantaine d'autres pays, ont apporté leur soutien à l'opposant Juan Guaido, président de l'Assemblée nationale qui s'est proclamé président par intérim en qualifiant M. Maduro «d'usurpateur». Ce dernier s'est abstenu de convoquer une nouvelle marche à Caracas comme il l'avait fait à deux reprises en une semaine. Il a demandé à ses partisans de se rassembler samedi au niveau local pour continuer de préparer une marche vers Miraflores, le palais présidentiel. «187! 187!» a chanté la foule: l'article 187 de la Constitution autorise l'Assemblée à faire appel à une «force militaire extérieure» en cas de menace grave.

Vagues de pillages et de saccages

A l'heure des bilans, la deuxième ville du pays et son coeur pétrolier, Maracaibo, apparait profondément meurtrie par les six jours d'obscurité qui ont favorisé des vagues de pillages et de saccages: la quasi-totalité des échoppes, des supermarchés et des sites industriels - plus de 500 selon les professionnels - ont été dévastés.

Des hordes munies de bâtons et de pierres ont cassé les vitrines et forcé les portes. «Pas un magasin n'a échappé au pillage», a affirmé Angel Chirinos, un commerçant de 38 ans, à l'AFP. L'armée s'est déployée avec des blindés pour protéger les derniers sites encore fournis. «Les gens ont faim. Mais pourquoi tout détruire?», s'interroge une employée de maison devant un entrepôt incendié.

La Fédération des Chambres de commerce et associations industrielles (Fedecamaras) a alerté les autorités contre «le climat de violence et d'anarchie qui règne en plusieurs points du pays». Cette situation «se traduit par un niveau alarmant de pénuries», a-t-elle prévenu dans un communiqué.

Economie à genoux

Cette nouvelle crise risque de coûter cher à toute une économie déjà à genoux. Selon la commission des finances de l'Assemblée nationale, l'inflation qui a atteint près de 54% en février, et 2,3 millions pour cents sur l'année, et va certainement encore bondir en mars. Le FMI a projeté une hyperinflation de 10 millions de pour cent sur l'année.

Selon l'institut Ecoanalitica, les pertes dues à la panne s'élèvent au moins à «875 millions de dollars», a prévenu son directeur, Asdrubal Oliveros. Le secteur pétrolier, vital pour le pays, est également à l'arrêt et «perd 700'000 barils par jour», affirme-t-il.

Le gouvernement a annoncé en outre qu'une explosion avait visé mercredi soir un centre de stockage de brut de l'Etat d'Anzoategui (nord-est). Il a accusé le sénateur de Floride «Marco Rubio (...) et sa marionnette Juan Guaido» d'avoir commandité un attentat.

Le président Nicolas Maduro accuse les États-Unis d'avoir provoqué la panne électrique depuis le 7 mars, en organisant une «attaque cybernétique» contre la principale centrale du pays. Pour Juan Guaido, c'est la négligence et la corruption du gouvernement qui sont responsables de ce fiasco.

Pendant la panne, plus de 300 personnes ont été arrêtées dans le pays, officiellement accusées de protestation ou de pillages, a annoncé l'ONG de défense des droits humains Foro Penal. «Depuis le 7 mars jusqu'à ce jour, nous avons compté 124 arrestations pour protestation (...) et plus de 200 pour pillages », a indiqué le directeur de Foro Penal, Alfredo Romero. «Le nombre total de prisonniers politiques dans le pays atteint désormais 911», a-t-il avancé. La liste de leurs noms a été communiquée à la Haute Commissaire de l'ONU chargée des droits de l'Homme, Michelle Bachelet, dont une mission technique se trouvait à Caracas. (afp/nxp)

Créé: 15.03.2019, 01h24

Articles en relation

Le Venezuela sort de l'ombre, pas de la crise

Amérique latine Après la panne de courant géante, le retour à la normale est prévu jeudi au Venezuela. Mais le pays n'est pas tiré d'affaire. Plus...

Pillages massifs dans la région de Maracaibo

Venezuela Durant la panne de courant qui a frappé le Venezuela, des pilleurs ont sévi. Plus...

Juan Guaido s'adresse à la foule à Caracas

Venezuela L'opposant à Maduro a juré à la population, affectée par une coupure de courant, de «sortir le Venezuela de la pénombre» Plus...

Publier un nouveau commentaire

Nous vous invitons ici à donner votre point de vue, vos informations, vos arguments. Nous vous prions d’utiliser votre nom complet, la discussion est plus authentique ainsi. Vous pouvez vous connecter via Facebook ou créer un compte utilisateur, selon votre choix. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de garder un ton respectueux et de penser que de nombreuses personnes vous lisent.
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Caricatures

)6 nouveaux projets en faveur des piétons et des cyclistes
Plus...